LA GESTION DES GROUPES

GÉRER LES GROUPES – Quelques règles de base

  • Pas de petit camélidé isolé, ou seul de son espèce

Les petits camélidés sont grégaires et ont besoin de leurs congénères pour un bon équilibre physique et mental. Un lama ou un alpaga seul, même parmi d’autres espèces animales, risque davantage de souffrir de pathologies liées au stress (sensibilité accrue au parasitisme et aux maladies), et aussi de développer des problèmes de comportement.

  • Lamas et alpagas ne parlent pas le même langage

Lamas et alpagas peuvent faire pâture commune, mais force est de constater qu’ils ne se mélangent pas : ils forment des groupes distincts, hésitent à se partager le râtelier de foin, occupent souvent l’abri en alternance… Donc faire vivre ensemble un seul lama et un seul alpaga n’est pas non plus une solution idéale.

  • Le groupe idéal : au moins 3 animaux du même sexe

Le groupe idéal commence à trois animaux de la même espèce (lamas ou alpagas), et du même sexe (surtout pas de couple, ni de mâle entier seul avec 2 ou 3 femelles). Dans la pratique, pour des raisons de budget (et parce que les acheteurs pensent sinon qu’on veut juste pousser à la consommation), on se contente de conseiller un minimum de deux alpagas. Mais 3 ou 4 est bien sûr préférable pour leur équilibre d’animaux grégaires.

  • Éviter la cohabitation avec chèvres et moutons

Il est courant de voir des alpagas partager la pâture de chèvres ou de moutons. L’entente est bonne, c’est certain (attention toutefois aux coups de corne ou de tête qui peuvent faire avorter une femelle gestante), mais le vrai problème réside dans le parasitisme croisé et la contamination importante par les ovins et caprins, qui crottent partout et sont très excréteurs de parasites. Pour la bonne santé des alpagas, cette cohabitation est donc à proscrire, à moins de faire un suivi parasitaire très strict avec analyses copro régulières.

  • Le cas des mâles reproducteurs très territoriaux

Certains mâles reproducteurs peuvent avoir besoin de parcs individuels (les lamas surtout), car ils sont très territoriaux et une fois adultes ils ne supportent pas toujours de cohabiter avec d’autres mâles, notamment quand il n’est pas possible de les garder à grande distance des femelles. Il est cependant essentiel que ces parcs soient mitoyens les uns des autres pour que les animaux gardent des contacts et une vie sociale active.

  • Les groupes de mâles entiers

Quand les mâles entiers vivent en groupe, il est préférable que ce groupe compte au moins 4 ou 5 individus : l’agressivité sera diluée et les bagarres individuelles pour le territoire seront moins intenses. Il faut toutefois faire attention qu’un des animaux ne soit pas le souffre-douleur de tout le groupe, cela peut arriver et les conséquences sur sa santé peuvent être graves (stress, blessures).

  • Pas de mâle entier au sein d’un petit groupe de femelles, et encore moins de couple seul

Laisser un mâle entier en permanence au sein du groupe des femelles et des jeunes pose des risques d’autant plus élevés que le nombre de femelles est réduit. C’est très déconseillé. Un éleveur qui accepte de vendre un couple mâle/femelle destiné à vivre seul n’a pas d’éthique.

Quels sont ces risques ? Dans la nature, l’étalon a un harem de 10 ou 15 femelles, il vit en marge du groupe et ne le rejoint que pour les saillies. Sur le nombre une femelle est toujours disponible pour lui, et si ce n’est pas le cas les femelles se liguent pour repousser ses avances. Une femelle seule avec un mâle, même avec un fort caractère, est incapable de repousser ses avances pendant les 11 à 12 mois de la gestation. Dès qu’elle se couche pour se reposer, l’étalon peut croire à une invitation (puisque la saillie se passe couchée) et venir la harceler, et ce avec une insistance accrue à mesure que les mois passent et que sa frustration augmente. Des saillies répétées sont un risque pour la femelle gestante comme pour son petit à naître. Il arrive aussi que l’étalon cherche à saillir pendant la mise-bas ! Et si malgré tout un cria naît, sa vie peut être menacée par son père : cria femelle étouffée par le poids de son père qui cherche à la saillir vers 3 ou 4 mois, ou petit mâle pourchassé car considéré comme un rival potentiel. Les cas dramatiques sont loin d’être rares, et même si parfois « ça marche » (réponse qu’on m’oppose très souvent), le drame peut se produire après plusieurs années de cohabitation sans souci, ne pas l’oublier !

Pour ces raisons, peu d’éleveurs laissent un étalon vivre en permanence avec les femelles. De plus cela ne permet pas de connaître la date des saillie pour estimer les périodes de mise-bas. Et le plus souvent les élevages ont plusieurs étalons pour apporter une variété de sang dans la progéniture, les saillies doivent donc être contrôlées. 

  • Mâle entier et mâle castré ensemble ? Possible, mais sous surveillance

Cette situation est à gérer au cas par cas, car la cohabitation entier/castré dépend du caractère propre de chaque animal, et on voit toutes les situations possibles. Dans un groupe important, un seul mâle castré risque d’être en position de faiblesse et servir de bouc-émissaire. Mais d’expérience les choses se passent plutôt bien : les entiers se désintéressent le plus souvent des castrés dans leurs bagarres (sauf si le castré a gardé un comportement combatif).

  • Éviter de mélanger de jeunes mâles avec des adultes entiers, surtout reproducteurs

Les jeunes mâles (moins de 2 ans) n’ont pas encore la capacité de se défendre contre les attaques de mâles plus âgés, ils peuvent être blessés physiquement, ou encore voir leur libido détruite, il est donc préférable de former un groupe de jeunes à part.

Groupe des jeunes mâles de l’année – 2018

Groupe de jeunes étalons – 2018

A KerLA, les nombreux alpagas mâles sont groupés par classe d’âge, dans des parcs différents : le parc des jeunes de l’année se trouve à côté des femelles, les autres sont à l’opposé des bâtiments, loin des filles pour ne pas exciter ces messieurs : un parc pour les jeunes de 1 et 2 ans, un autre pour les jeunes étalons, et un 3e pour les reproducteurs aguerris.

Dans la mesure du possible je ne déplace des mâles d’un groupe à l’autre que par deux au minimum : l’introduction d’un mâle seul dans un groupe d’entier génère un gros risques d’agressivité collective contre l’intrus.

Comme avec les chevaux, l’idéal est de laisser les animaux faire connaissance de part et d’autre d’une clôture avant de les mettre ensemble.

 

Page suivante : la gestion des mâles

Retour aux Notions d’élevage

Articles récents

FOIN 2021

Foin 2021

Réussir la récolte de foin annuelle est un enjeu majeur de la vie de l’élevage, car un foin de qualité et appétent est essentiel à la bonne santé des alpagas.

L’idéal est de pouvoir produire son propre foin, pour maîtriser la qualité, s’assurer de l’absence de plantes toxiques comme le séneçon, et connaître les intrants utilisés :  à KerLA environ 6ha de prairies naturelles sont fauchés chaque année, les seuls intrants sont le fumier des alpagas composté et épandu tous les deux ans (sur les parcelles réservées au foin), et de la chaux sur les parcelles pâturées, pour atténuer l’acidité des sols.

Stockage des rounds sous le hangar

Sur ces parcelles, une partie de la fenaison est assurée par un agriculteur de la commune, en rounds que l’on partage. Certes avec ce système on ne récupère que la moitié de la récolte, mais en principe le partenaire cherche à faire de la qualité, puisqu’il en prend sa part. C’est donc une bonne solution quand on n’a pas de matériel ou de temps pour être autonome. Bien que, les années où sa propre production est importante, le partenaire puisse avoir tendance à négliger le foin fait en partage : moins de fanage, moins d’attention à la météo, recherche de gain de temps au détriment de la qualité…   Mais quoiqu’il en soit ce système reste plus sûr que de se tourner vers une entreprise agricole, j’en ai fait l’amère expérience : quand on n’a pas de grandes surfaces à faire, même avec un statut d’agriculteur, on est placé en bouche-trou dans le planning, et les créneaux de fenaison sont loin d’être les meilleurs !

Bref l’idéal est en fait d’être autonome et de maîtriser la part la plus grande possible de sa production : depuis 2013 je réussis à faire une partie (plus ou moins importante selon les années) de ma récolte en petites bottes de 10/13kg, grâce au vieux matériel de fenaison soigneusement entretenu année après année par mon ami Philippe.

Faneuse-andaineuse Super Strella

Donc chaque année, entre mi-mai et début juillet, c’est le même stress intense… D’ailleurs je ne prends ni stage, ni visite pendant cette période, pour garder mon entière disponibilité et pouvoir réagir en fonction de la météo agricole, que je consulte plusieurs fois par jour. Révision et graissage du matériel (tracteur, barre de coupe, faneuse/andaineuse, presse) ; nettoyage des hangars et mise en place des palettes qui isoleront le foin du sol ; recherche de coups de main pour aider à relever, retourner, rassembler, rentrer et engranger des centaines de petites bottes…

Période de fenaison épuisante physiquement et nerveusement. Pour la première fois cette année j’en ai fait une grande partie seule, et j’ai assumé de bout en bout le processus, du fauchage au pressage, y compris l’épuisant ballet d’attelage/dételage du vieux matériel qui casse le dos et fait perdre des litres de sueur ! Mais j’ai mesuré comme jamais à quel point ce sont des moments privilégiés de rapprochement avec nos racines, avec le sens de la vie, avec la nature. Par moments, seule sur mon tracteur, entre bois et champs, sans personne aux alentours, j’ai eu une sensation de plénitude, de réalisation. Cette herbe que je fauche, fane et mets en bottes, avec ses incroyables parfums, elle assure la nourriture de mes animaux pour l’année à venir, elle contribue à la pérennité de mon activité, et déjà elle renaît, elle repousse à peine coupée (je veille à ne pas faucher trop court pour favoriser cette repousse, surtout dans les parcelles que les animaux vont pâturer pendant l’été)…

Immuable et merveilleux cycle de la nature, simple, rassurant.

  1. Laines encore… Commentaires fermés sur Laines encore…
  2. Tonte, pluie et vent Commentaires fermés sur Tonte, pluie et vent
  3. Suris for ever Commentaires fermés sur Suris for ever
  4. Premières naissances Commentaires fermés sur Premières naissances
  5. Nouvelle étape Commentaires fermés sur Nouvelle étape
  6. Printemps précoce Commentaires fermés sur Printemps précoce
  7. Déjà février… Commentaires fermés sur Déjà février…
  8. Meilleurs voeux pour 2021 Commentaires fermés sur Meilleurs voeux pour 2021
  9. Filage hivernal Commentaires fermés sur Filage hivernal
  10. Adieu Maldoone Commentaires fermés sur Adieu Maldoone
  11. Le dilemme de l’éleveur Commentaires fermés sur Le dilemme de l’éleveur
  12. Stages d’automne Commentaires fermés sur Stages d’automne
  13. Nouvelles d’automne Commentaires fermés sur Nouvelles d’automne
  14. Stages d’automne Commentaires fermés sur Stages d’automne
  15. Mi-juillet/mi-août 2020 : des hauts et des bas Commentaires fermés sur Mi-juillet/mi-août 2020 : des hauts et des bas
  16. Joies et peines de juin Commentaires fermés sur Joies et peines de juin
  17. Crias de mai Commentaires fermés sur Crias de mai
  18. Première naissance 2020 Commentaires fermés sur Première naissance 2020
  19. Premières tontes 2020 Commentaires fermés sur Premières tontes 2020