LA LAINE

AU SUJET DE LA LAINE

Je vais limiter mon propos ici aux alpagas, le cas des lamas étant plus complexe, car pour eux la production de laine n’a jamais été l’objectif premier, et même la laine des bons lamas lainés n’est encore mise en valeur que de manière très anecdotique.

L’alpaga, lui, est considéré économiquement comme un producteur de laine (hors Amérique latine où sa viande et son cuir sont également utilisés), cela même s’il a des fonctions annexes d’animal de compagnie, de balade, de gardiennage de troupeau ou d’écopâturage.

Un éleveur d’alpagas a donc pour objectif premier d’améliorer la qualité et la quantité de laine produite par ses animaux, et de faire évoluer le phénotype (aspect extérieur) et le génotype (caractéristique génétiques héritables) de ses animaux. Ce travail passe par des achats de reproducteurs de qualité et par des croisements judicieux, que ce soit en huacaya ou en suri.

Pour un particulier qui achète des animaux pour le loisir, le coup de coeur suffit, la qualité de fibre n’entre pas forcément en ligne de compte, d’autant que le prix ne sera pas du tout le même pour un alpaga de haute génétique à la toison exceptionnelle et un alpaga de qualité moyenne qui n’est pas destiné à la reproduction.

La toison d’un alpaga s’apprécie tout d’abord à l’oeil et au toucher (voir les critères d’une bonne fibre), mais pour un éleveur l’analyse de fibre est un outil indispensable pour conforter ou infirmer son opinion sur l’alpaga qu’il envisage d’acquérir, et évaluer ses propres animaux. Jusqu’à ces dernières années, obtenir une analyse était compliqué et coûteux : il fallait envoyer les échantillons en Océanie ou aux USA. Mais désormais plusieurs labos sont disponibles en Europe.

En France depuis 2016 la filature de la Vallée des Saules assure ce précieux service aux éleveurs (Fibre Lab & Co, à Saulzoir, dans le Nord).

Un échantillon de fibre coupé au ras de la peau, large de 2cm, est prélevé sur l’alpaga, au milieu du côté droit (toujours au même endroit pour permettre le comparaisons), et envoyé au laboratoire qui transmet en retour une fiche d’analyse complète avec histogramme :

Pour en savoir plus, voici deux pages complémentaires :

  • les critères d’une bonne fibre
  • interpréter une analyse de fibre

Page suivante : LES SAILLIES

Retour à NOTIONS D’ÉLEVAGE