Les aménagements

Prévoir des AMÉNAGEMENTS adaptés pour les alpagas

©Christel CHIPON – 2017

* L’ABRI :

Très souvent j’entends ou je lis des affirmations du genre : « les alpagas n’ont pas besoin d’abri, d’ailleurs chez moi ils en ont un et ils n’y vont pas »… Ce qui permet à certains vendeurs sans foi ni loi de présenter l’alpaga comme l’animal le plus facile et le moins coûteux à gérer qui soit : un bout de pré, un peu d’herbe, rien d’autre à prévoir pour en avoir… Même pas besoin de bonnes clôtures !

Rien n’est plus faux… Les alpagas ont besoins de soins spécifiques, et d’une alimentation réfléchie (voir mes pages suivantes), et en ce qui concerne leur habitat, là aussi des efforts doivent être faits pour éviter des conséquences parfois dramatiques !

Les alpagas N’AIMENT PAS l’humidité, et ils la supportent mal, parce qu’ils ne sont pas conçus pour des climats humides, tout simplement. Leur toison ne contient pas de graisse : elle les protège parfaitement du froid sec, mais elle finit pas s’imprégner de la pluie, avec les risques de pneumonie qui en découlent si l’alpaga reste dehors non-stop sous des pluies continues. Un abri sans courant d’air est indispensable à leur confort et leur bonne santé, avec des râteliers, des mangeoires, une zone centrale qu’ils utiliseront comme toilettes et des zones de couchage sur les côtés.

Si certains constatent que leurs alpagas ne fréquentent pas l’abri mis à leur disposition, c’est que quelque chose dans la conception de cet abri ou son emplacement les inquiète, ou alors c’est dans cet abri que l’humain vient systématiquement leur sauter dessus pour les manipuler ou faire des soins parfois douloureux… S’il n’a pas confiance, en effet l’alpaga préfèrera rester dehors, c’est son instinct d’animal de proie.

Mais je peux vous assurer que quand ils se sentent en confiance dans leurs abris, les alpagas aiment s’y réfugier par mauvais temps ou par forte canicule, mais aussi qu’ils y rentrent systématiquement le soir – hormis lors des très belles soirées d’été caniculaires où ils apprécient les nuits à la belle étoile -, sans qu’il soit besoin d’aller les chercher et de les enfermer. Les mâles comme les femelles !

La zone centrale de l’abri étant presque toujours consacrée aux toilettes, il importe de nettoyer régulièrement la litière pour que cette zone ne s’étale pas.

* LA DISTRIBUTION DE L’ESPACE :

Même pour un seul groupe d’alpagas, idéalement il ne suffit pas d’avoir juste un pré avec un abri dedans…  L’idéal est de séparer l’espace en 2 ou 3 parcelles de pâture pour une rotation indispensable à une bonne lutte antiparasitaire.

Il faut aussi prévoir un enclos de taille restreinte autour de l’abri, dans lequel il est possible de mettre les alpagas en sécurité en cas de mauvais temps ou pour toute autre raison, sans avoir pour autant besoin de les cloitrer dans l’abri.

Et pour les soins il est bon d’avoir un petit corral de taille réduite dans lequel on fera toutes les manipulations (ou des claies faciles à disposer pour créer ce corral), afin de ne pas utiliser l’abri comme « piège » qui rendrait les alpagas méfiants…

* LES CLÔTURES :

Les alpagas respectent plutôt bien les clôtures et ne cherchent pas à s’enfuir s’ils sont bien là où ils sont. Mais il adorent se gratter et abîment facilement les clôtures de fortune.

Le barbelé doit être totalement proscrit : s’il se prend dans la toison, c’est un piège mortel.

La clôture électrique convient pour les lamas, mais les alpagas y sont peu sensibles (ou alors il faut multiplier les hauteurs de fil, ce qui peut être dangereux).

L’idéal est un clôture en grillage à mouton avec des piquets pas trop espacés pour qu’il ne la déforment pas en se grattant dessus… 

La hauteur de 1m20 convient pour les alpagas, personnellement je préfère 1m50 pour les clôtures extérieures.

Un ruban électrifié ou des lisses de bois peuvent être posés au-dessus pour sécuriser au maximum, notamment avec les lamas, ou pour des étalons.

Les clôtures intérieures peuvent être réalisées avec du grillage vert de jardin, moins coûteux.

 

 

 

Page suivante : LES SOINS COURANTS

Retour aux Notions d’élevage