LA TONTE

LA TONTE DES LAMAS ET ALPAGAS

La tonte a lieu chaque année entre avril et juin (les lamas classiques et les alpagas suri peuvent être tondus moins souvent). Les tondeurs  spécialisés commencent en principe leur saison dans le Sud et la finissent dans le Nord, pour s’adapter au climat.

NB : les outils de la tonte sont présentés sur cette page

  • Elevage KerLA

    Tonte de MINOUCHE, lama lainée – 2015

    TONTE DES LAMAS :

Les lamas classiques peuvent n’être tondus que tous les deux ou trois ans si on prend soin d’entretenir leur toison  rustique par un bon brossage qui élimine les fibres mortes et la bourre.

Les lamas lainés doivent être tondus chaque année, pour leur santé et leur confort. Il est indispensable de pratiquer au moins une tonte du buste (dos, flancs et ventre) pour protéger l’animal des coups de chaleur.

P1170514 (Copier)

Tonte de CARINA – 2015

Avec un lama bien éduqué, cette tonte se fait debout, à l’attache, aux ciseaux ou avec une tondeuse.

Pendant longtemps j’ai utilisé de simples ciseaux à lames longues et dotés d’un bon ressort (on peut aussi utiliser une force à moutons, moi je ne suis pas à l’aise avec cet outil).

 

Vidéo ci-dessous : détails de la tonte aux ciseaux (tonte de Laska, juin 2016) :

 

  • TONTE DES ALPAGAS

Elevage KerLALes alpagas sont tondus entravés et couchés car leur fibre sèche est très délicate à tondre. Les immobiliser permet de prélever la toison sans l’abîmer, mais aussi protège le tondeur et ses assistants des mouvements brusques, et limite les risques de blessure pour l’animal.

On les allonge sur un épais tapis de caoutchouc à l’aide d’un système de cordes et de poulies. Tout se fait dans le calme et la douceur, pour les stresser le moins possible. Il suffit de voir l’alpaga tout juste tondu venir flairer le tondeur qui vient de s’occuper de lui pour comprendre que l’animal ne garde pas un trop mauvais souvenir de son expérience .

La tonte prend beaucoup plus de temps que celle d’un mouton : entre 15 et 20 minutes. On en profite pour tailler les ongles et limer les dents si nécessaire, éventuellement faire un vaccin ou un vermifuge. C’est aussi l’occasion de vérifier l’absence de blessure ou de parasites sur tout le corps de l’animal.

Tonte de PATCH, mai 2017 – Elevage KerLA

Tonte d’une femelle gestante :

Tonte de HILDA – 10 juin 2016 – Son cria est né le 29 juin

L’état de gestation avancée n’est pas un obstacle à la tonte, il faut simplement redoubler de douceur et prendre les plus grandes précautions dans les manipulations et lors du passage de la tondeuse sur le ventre.

Taille des onglons

 

Taille des ongles

la position couchée de l’animal facilite l’examen des ongles et leur taille soignée, avec un sécateur de bonne qualité.

 

Limage des dents

Crocs de combat de PICASSO, 9 ans. Vérifiés chaque année pour limer la pointe si nécessaire.

les incisives des alpagas, au nombre de 6 sur la mâchoire inférieure, poussent en permanence : il faut vérifier leur bonne usure et si nécessaire les limer.

Pour les mâles entiers, il est indispensable de limer également les canines (appelées crocs de combat : 4 en haut, 2 en bas), pour éviter les blessures lors de rixes entre mâles (arrachage des testicules entre autres !).

 

Injections :

la tonte est aussi l’occasion de faire aux animaux quelques injections indispensables à leur bonne santé : vitamines, vermifuge, parfois vaccin (même si beaucoup déconseillent le vaccin lors de la tonte, il semblerait que le stress induit diminue son effet).

 

***

Quelques photos de tonte :

Tonte de SAM – Élevage KerLA – mai 2017

Tonte de SYLVESTER – Élevage KerLA – mai 2017

Tonte de NIAOULI – Élevage KerLA – mai 2017

Tonte de NACARAT – Élevage KerLA – mai 2017

Après la tonte :

BAKARA tonte

Page suivante : La gestion des saillies

Retour aux NOTIONS D’ÉLEVAGE

Articles récents

Joies et peines de juin

Juin et début juillet 2020 : naissances, coups durs, castrations, départs… Un condensé de la vie d’élevage, avec ses joies et ses peines.

Cette année le foin a été fait plus tôt que d’habitude : la météo exceptionnelle a permis de faire une superbe récolte dès la 3e semaine de mai (une première, car ici je n’avais pu faucher avant début juin). Mais les semaines suivantes n’ont pas été de tout repos pour autant !

Côté naissances, de bien belles arrivées :

– 3 superbes petites femelles (SABA la blanche tachetée, SATINE la suri marron et STIRWENN la boule de laine blanche)

 

– 4 petits mâles (SHERKHAN l’appaloosa et SANGHA le suri bicolore, nés exactement en même temps, SAMOURAI le gris-rose à la naissance très mouvementée, et l’adorable SIRIUS).

Mais aussi de grosses angoisses :

– une hémorragie post-partum pour ma douce PERLE, après la naissance difficile de son beau SHERKHAN (merci à mes vétos pour leur rapidité d’intervention et leur efficacité, et à Perle pour être aussi adorable et facile à soigner)

PERLE et son cria SHERKHAN

– une grosse dystocie pour ONDINE, la plus difficile que j’ai eue à gérer seule ! La mise-bas commençait bien, mais les pattes antérieures du cria étaient restées allongées le long du corps : aucun véto n’étant disponible rapidement, j’ai dû me résoudre à intervenir seule. Et le miracle a eu lieu : j’ai réussi à extraire le cria sans abîmer la mère, et à ranimer le petit SAMOURAI qui ne respirait plus à la sortie… Beaucoup d’émotion !

ONDINE et son cria SAMOURAI

Hélas aussi un autre moment très difficile : ma vieille DARLING, pour son dernier cria, a commencé en pleine nuit une expulsion par le siège. Avec une femelle plus jeune, le cria n’aurait pas pu sortir ainsi, en présentation arrière avec les pattes repliées sous lui, et une intervention humaine aurait permis de sortir le cria, mort certes, mais avec un minimum de dégâts pour la mère. Mais ma brave Darling a voulu assurer la naissance seule, et le cria est hélas resté bloqué à mi-corps. Jusqu’à mon arrivée elle s’est épuisée à essayer de l’expulser, et a subi des dégâts internes graves (ligaments étirés, hématome probablement, écrasement de la moelle épinière peut-être) qui l’ont laissée paralysée de l’arrière-train. Le vétérinaire-ostéo est venu plusieurs fois pour elle, mais seul le temps pourra dire si les dégâts sont irréparables… Depuis 15 jours elle vit couchée, sans pouvoir se lever, mais toujours alerte, elle mange et boit… Tant qu’elle ne capitule pas, je continue à y croire. Elle me dira quand il sera temps d’abandonner la lutte si elle ne parvient pas à retrouver l’usage de ses pattes pour profiter d’une retraite bien méritée  🙁

Pour finir sur une note plus heureuse, début juillet 4 jeunes mâles ont pris la route de la Normandie pour une nouvelle vie dans une jolie propriété  🙂

RADJAH, RÊVE, RELAX et REBELLE dans leur nouvelle demeure

 

  1. Crias de mai Commentaires fermés sur Crias de mai
  2. Première naissance 2020 Commentaires fermés sur Première naissance 2020
  3. Premières tontes 2020 Commentaires fermés sur Premières tontes 2020
  4. Nouvelles de mars… Commentaires fermés sur Nouvelles de mars…
  5. Toisons en microfilature Commentaires fermés sur Toisons en microfilature
  6. Départs de l’élevage Commentaires fermés sur Départs de l’élevage
  7. Bonjour 2020 Commentaires fermés sur Bonjour 2020
  8. Activités automnales Commentaires fermés sur Activités automnales
  9. Automne 2019 Commentaires fermés sur Automne 2019
  10. Petite escapade à Janvry Commentaires fermés sur Petite escapade à Janvry
  11. STAGE LAINE août 2019 Commentaires fermés sur STAGE LAINE août 2019
  12. En route pour la saison 2020 Commentaires fermés sur En route pour la saison 2020
  13. Tonte maison Commentaires fermés sur Tonte maison
  14. Quelques nouvelles… Commentaires fermés sur Quelques nouvelles…
  15. Premières femelles de l’année Commentaires fermés sur Premières femelles de l’année
  16. Première naissance 2019 Commentaires fermés sur Première naissance 2019
  17. Éducation au licol Commentaires fermés sur Éducation au licol
  18. Un alpaga n’est pas un jouet ! Commentaires fermés sur Un alpaga n’est pas un jouet !
  19. Nouveaux parcs Commentaires fermés sur Nouveaux parcs