LE DUR MOMENT DU SEVRAGE

GÉRER LE SEVRAGE DES CRIAS

Le sevrage imposé par l’éleveur est un moment important et naturellement traumatisant de la vie du cria. Il importe donc de le rendre aussi peu stressant que possible.

A KerLA, crias mâles et femelles sont sevrés ensemble dans un premier temps : leurs mères sont simplement déplacées dans un parc attenant à mesure que l’âge du sevrage arrive. Cet âge (6 mois au plus tôt) est variable suivant les animaux : parfois un cria restera un ou deux mois de plus avec sa mère, parce que je ne le sens pas prêt à la séparation. Très souvent à 6 mois la mère a déjà commencé à rejeter son cria et à l’empêcher de téter, donc la séparation est plus facilement acceptée par l’un comme par l’autre.

Beaucoup d’éleveurs préfèrent la séparation complète, y compris visuelle. J’ai essayé les deux méthodes, mais je préfère celle que j’applique désormais : mères et crias peuvent continuer à se sentir, se toucher, se « parler » à travers la clôture, et les crias ne sortent pas du groupe et du lieu qui leur est familier : les isoler augmente le traumatisme de la séparation. C’est donc un sevrage en douceur : le contact visuel, tactile et auditif entre la mère et son petit évite la rupture déchirante.

Groupe de crias 2014 au sevrage : enfermés dans l’écurie pour 3 jours.

Cependant souvent, quand le groupe est suffisamment important (5 ou 6 au moins) je commence le sevrage par trois jours à l’écurie pendant lesquels je passe beaucoup de temps avec les jeunes (sans les manipuler, simplement leur apporter une présence rassurante : un lien de confiance se crée et ils sont beaucoup plus faciles à éduquer ensuite).

Les jeunes mâles ne restent jamais avec les crias femelles au-delà de l’âge de 8 mois : ils ne sont en principe pas fertiles avant l’âge de 2 ans, mais des exceptions peuvent se produire. Or certaines femelles peuvent également être précoces et déclencher une gestation à 7 ou 9 mois.

Printemps 2015 – les jeunes mâles de 2014 à la longe

Après une dizaine de jours sans manipulations pour laisser retomber le stress de la séparation, les crias sevrés sont rentrés chaque soir et éduqués au licol et à la marche en longe lors de brèves séances quotidiennes.

Printemps 2017 – Odyssée et Olympe découvrent les sorties en longe.

Les jeunes femelles gardées pour la reproduction ne rejoignent le groupe des adultes que dans leur 2e année, pour ne pas risquer de renouer avec leur mère et de prendre le lait du nouveau cria (cela arrive fréquemment). Elles sont manipulées régulièrement pour ne pas poser de souci à l’âge adulte.

Article suivant : l’éducation des jeunes

Retour aux Notions d’élevage

Articles récents

Activités automnales

Saillies et naissances sont entre parenthèses pour 6 mois, mais l’activité ne manque pas sur l’élevage en cet automne pluvieux !

Beaucoup de stages cette année en octobre et novembre : stages laine, stages découverte des alpagas (sur 1/2 journée ou 1 journée). Toujours de super moments de rencontres et de partage, j’adore cet aspect de mon activité !

Beaucoup de travail également pour préparer le départ des alpagas qui vont découvrir d’autres horizons entre octobre 2019 et février 2020. Il faut réorganiser les groupes, sevrer certains crias, remettre tout ce petit monde au licol, vermifuger, tailler les onglons, former les acheteurs qui le souhaitent… Moments difficiles que ces départs, la plupart de ces alpagas sont nés ici 🙁  Mais c’est la loi de l’élevage, et tous vont avoir une belle vie dans leurs nouvelles demeures respectives : Haute-Vienne, Lot-et-Garonne, Puy de Dôme, Ardèche, Allier, Seine Maritime… des destinations très variées 🙂

Ces mâles sont déjà partis où vont partir dans les mois qui viennent :

Exceptionnellement cette année, beaucoup de femelles ont quitté ou vont quitter l’élevage cet automne ou cet hiver, certaines avec leur cria 2019, d’autres après sevrage. Je me suis fixé un nombre de reproductrices et de naissances annuelles à ne pas dépasser, afin de pouvoir continuer à m’occuper au mieux de tout ce petit monde. Or une dizaine de petites jeunes nées dans l’élevage en 2017 et 2018 restent ici comme futures reproductrices, et j’en garde aussi plusieurs de 2019, donc il faut donc faire des choix de vente parmi les courants de sang très présents dans le cheptel. Voici les femelles qui quittent le nid en 2019-2020 :

  1. Automne 2019 Commentaires fermés sur Automne 2019
  2. Petite escapade à Janvry Commentaires fermés sur Petite escapade à Janvry
  3. STAGE LAINE août 2019 Commentaires fermés sur STAGE LAINE août 2019
  4. En route pour la saison 2020 Commentaires fermés sur En route pour la saison 2020
  5. Tonte maison Commentaires fermés sur Tonte maison
  6. Quelques nouvelles… Commentaires fermés sur Quelques nouvelles…
  7. Premières femelles de l’année Commentaires fermés sur Premières femelles de l’année
  8. Première naissance 2019 Commentaires fermés sur Première naissance 2019
  9. Éducation au licol Commentaires fermés sur Éducation au licol
  10. Un alpaga n’est pas un jouet ! Commentaires fermés sur Un alpaga n’est pas un jouet !
  11. Nouveaux parcs Commentaires fermés sur Nouveaux parcs
  12. Ostéopathie pour alpagas Commentaires fermés sur Ostéopathie pour alpagas
  13. Sevrage des crias Commentaires fermés sur Sevrage des crias
  14. Meilleurs voeux Commentaires fermés sur Meilleurs voeux
  15. Travaux d’automne Commentaires fermés sur Travaux d’automne
  16. Stages laine Commentaires fermés sur Stages laine
  17. Nouvelles d’automne Commentaires fermés sur Nouvelles d’automne
  18. Article Ouest-France Commentaires fermés sur Article Ouest-France
  19. Départs vers d’autres horizons Commentaires fermés sur Départs vers d’autres horizons