LES SAILLIES

GÉRER LES SAILLIES

La saillie est une étape essentielle de l’élevage, puisque qu’elle détermine la pérennité de l’activité.

SAILLIE PAMELA

Maldoone et Pam en action – 2013

A KerLA, les saillies ont lieu « en main », car je ne veux pas laisser de mâle dans le troupeau, même pour de courtes périodes. Il existe des risques de blessures pour les femelles et pour les crias.

Saillie - Élevage KerLA

Saillie de ADA par ZIZHOU – oct 2015

La saillie « en main » permet de choisir les mariages, connaître les dates précises de fécondation et déterminer les saisons de naissance (puisque les petits camélidés peuvent se reproduire tout au long de l’année (c’est la saillie qui induit l’ovulation, la femelle n’a pas de chaleurs).

A la période choisie, le mâle est donc conduit auprès de sa promise, dans l’écurie ou dans un paddock à l’écart du troupeau. Si la femelle n’est pas déjà fécondée, elle se couche rapidement, parfois même dès qu’elle voit le mâle. Il arrive que la femelle se fasse un peu prier, qu’elle cherche à fuir, et même que le mâle se fasse copieusement cracher dessus avant de parvenir à ses fins. Monsieur doit y mettre du sien pour convaincre sa promise, mais ça dure rarement longtemps.

Saillie lama - Élevage KerLAParfois des jeunes mâles inexpérimentés perdent tous leurs moyens face à des femelles au caractère fort (comme sur la photo ci-contre : mon jeune lama mâle Tawak se pose des questions sur la marche à suivre, face au refus de Findie de se coucher)

Quand un jeune mâle est un peu perdu, il est utile de mettre dans le parc mitoyen un mâle « qui sait » pour le motiver et lui montrer quoi faire ! Un mâle est en général fertile dès 2ans, mais ne parvient pas toujours à saillir avant ses 3 ans.

 La saillie dure entre 15 et 30 minutes en moyenne, parfois davantage ! Le mâle émet en continue un râle assez surprenant appelé « orgling », qui stimule l’ovulation chez la femelle.

Démonstration ci-dessous avec mon lama Draike, qui effectuait en octobre 2015 une de ses toutes premières saillies avec ma douce Laska. Puis une 2e vidéo avec mon étalon suri Picasso, qui est occupé avec Zola mais se fait draguer de manière insistante par French Lass !

Les crias peuvent participer sans risque à la fête. Les crias mâles cherchent très vite à imiter papa, ce qui donne des scènes parfois très cocasses :

P1110669 (Copier)      P1110688 (Copier)

Le mâle est de nouveau présenté à la femelle dans les jours qui suivent : si elle refuse après 2 ou 3 jours, c’est qu’il y a eu ovulation, mais rien ne garantit le succès encore. Au bout de 8 jours, c’est qu’il y a eu fécondation ; et au bout de 15 jours, la nidification a eu lieu, c’est donc très bon signe !

La hausse du taux de progestérone pousse la femelle à refuser très nettement les avances du mâle : tentative de fuite, coups de pied, crachats, parfois attaque frontale…

Le recours à l’échographie permet de confirmer la gestation, mais cet examen est difficile à interpréter chez les camélidés, aussi beaucoup d’éleveurs choisissent de se fier au comportement de la femelle.

Mais il faut veiller à vérifier la bonne tenue de la gestation : la perte d’embryon est très fréquente dans les 3 premiers mois (on estime que dans la nature 50% des gestations sont interrompues dans les 3 premiers mois).

Taille ongles alpaga pendant la saillieLa saillie est aussi un moment idéal pour faire certains soins (injections, taille des ongles), car mâle et femelle sont dans une véritable transe et acceptent tout sans broncher : ici soin des ongles sur Karma, la femelle, et sur Alpha, le mâle, sous le regard attentif de la petite Milly.Taille ongle alpaga pendant la saillie

Taille ongle alpaga

Page suivante : la gestion des naissances

Retour aux Notions d’élevage

Articles récents

Petite escapade à Janvry

Le WE des 14/15 septembre a eu lieu la première fête des camélidés à Janvry, dans l’Essonne. Un rassemblement initié par l’association des grands camélidés, qui avait invité l’AFLA (association française des lamas et alpagas) à se joindre à l’organisation.

Méfiants, plutôt attirés par l’autre concours organisé dans l’Ain en octobre, les éleveurs d’alpagas ont boudé Janvry, certains se sont même désistés au dernier moment alors qu’ils s’étaient inscrits, mettant les organisateurs dans l’embarras 🙁

Le concours a tout de même eu lieu, sans réelle portée sur le plan des résultats du fait du peu de participants, mais très instructif. Même si une classe ne comporte qu’un ou deux animaux, la première place n’est attribuée par les juges que si les alpagas ont la qualité requise pour cette récompense, et le commentaire qui accompagne le jugement permet de se positionner correctement malgré l’absence de concurrence.

J’avais amené 7 mâles à Janvry, tous ont fait bonne figure et je n’ai pas regretté le déplacement, j’ai pu conforter mon opinion sur certains de mes animaux : ainsi mon jeune gris Panache a confirmé tout le bien que je pensais de lui. Et pour mon beau Niaouli les doutes que j’avais ont été levés, il restera donc bien comme reproducteur à l’élevage !

L’ambiance était là, l’animation permanente, le public très, très nombreux tout au long des deux jours. Un public curieux, intéressé, et dans l’ensemble respectueux des animaux. Beaucoup de questions, d’explications, de pédagogie, y compris au micro pour bien expliquer les particularités et les besoins des petits camélidés. 

Un bilan très positif donc. J’ai rarement la possibilité de me déplacer pour des manifestations ou des concours, mais la proximité de Janvry rendait l’occasion trop belle ! Et je tenais à soutenir l’AFLA parce que j’apprécie le travail que mène son nouveau bureau.

Ce week-end là j’ai pris des risques en m’absentant alors que des femelles étaient sur le point de mettre bas, c’est bien la première fois, et j’ai beaucoup stressé à cause de ça, moi qui met un point d’honneur à assister à quasiment toutes les naissances, et bien sûr à ne jamais m’absenter dans ces périodes… Mais les trois dernières futures mamans de la saison ont eu la correction d’attendre, et de ne pas mettre au défi leur gardienne qui n’avait jamais géré de naissance !

 

  1. STAGE LAINE août 2019 Commentaires fermés sur STAGE LAINE août 2019
  2. En route pour la saison 2020 Commentaires fermés sur En route pour la saison 2020
  3. Tonte maison Commentaires fermés sur Tonte maison
  4. Quelques nouvelles… Commentaires fermés sur Quelques nouvelles…
  5. Premières femelles de l’année Commentaires fermés sur Premières femelles de l’année
  6. Première naissance 2019 Commentaires fermés sur Première naissance 2019
  7. Éducation au licol Commentaires fermés sur Éducation au licol
  8. Un alpaga n’est pas un jouet ! Commentaires fermés sur Un alpaga n’est pas un jouet !
  9. Nouveaux parcs Commentaires fermés sur Nouveaux parcs
  10. Ostéopathie pour alpagas Commentaires fermés sur Ostéopathie pour alpagas
  11. Sevrage des crias Commentaires fermés sur Sevrage des crias
  12. Meilleurs voeux Commentaires fermés sur Meilleurs voeux
  13. Travaux d’automne Commentaires fermés sur Travaux d’automne
  14. Stages laine Commentaires fermés sur Stages laine
  15. Nouvelles d’automne Commentaires fermés sur Nouvelles d’automne
  16. Article Ouest-France Commentaires fermés sur Article Ouest-France
  17. Départs vers d’autres horizons Commentaires fermés sur Départs vers d’autres horizons
  18. Un festival de couleurs chez les crias Commentaires fermés sur Un festival de couleurs chez les crias
  19. C’est parti… Commentaires fermés sur C’est parti…