MES LAMAS

MES LAMAS…

Une rencontre avec les lamas, en 2004, a déclenché ma passion pour les petits camélidés. J’ignorais alors que cette rencontre nourrirait quelques années plus tard mon projet de changement de vie…

J’ai commencé par un petit élevage amateur, avec rapidement une dizaine de lamas classiques… Puis les lamas lainés sont arrivés pour l’installation professionnelle, en 2011/2012, en même temps que les alpagas.

Mais les réalités économiques m’ont amenée récemment à faire de nouveaux choix : à regret j’ai choisi d’abandonner l’élevage de lamas et de me concentrer sur l’élevage d’alpagas. J’ai donc réduit progressivement le nombre de mes femelles, vendu mes étalons… Mes deux dernières femelles sont parties en octobre 2018 chez un autre éleveur, et mes deux derniers crias ont rejoint l’association de médiation animale des lamas de l’Eclimont en janvier 2019.

TAWAK

Il ne me reste que Tawak, lama mâle castré. J’avais gardé mes deux derniers crias pour lui tenir compagnie, mais ce brave Tawak a été reproducteur avant d’être castré, ce qui le rend territorial malgré la castration : il menait la vie trop dure aux pauvres petits jeunes… Il sera donc désormais le seul lama de KerLA, souvenir d’une époque…

Ce choix a été douloureux à faire, mais hélas l’élevage professionnel fait face à de dures réalités : le marché des lamas en France est en grande partie aux mains de « producteurs » non déclarés (particuliers, éleveurs amateurs, éleveurs déguisés en associations), de maquignons (hélas de plus en plus nombreux, puisque les lamas sont à la mode), ou encore de zoos et cirques qui bradent des animaux à bas prix sans se soucier de leur destin… Pour la plupart de ces vendeurs, pas de TVA, ventes non déclarées, souvent absence d’éducation des animaux et de suivi sanitaire, problèmes d’imprégnation, de consanguinité… Le tableau est assez catastrophique, et comme tout cela tire les prix vers le bas il est impossible à un éleveur sérieux et déclaré, avec les charges d’une exploitation, de vivre de cette activité sans salaire d’appoint 🙁  Donc j’ai jeté l’éponge, car je n’imagine pas de travailler sans éthique.

Le groupe de mes reproductrices en 2014 : l’élevage compte alors 15 femelles.

 

Retour sur la page les animaux de KerLA

Articles récents

  1. En route pour la saison 2020 Commentaires fermés sur En route pour la saison 2020
  2. Tonte maison Commentaires fermés sur Tonte maison
  3. Quelques nouvelles… Commentaires fermés sur Quelques nouvelles…
  4. Premières femelles de l’année Commentaires fermés sur Premières femelles de l’année
  5. Première naissance 2019 Commentaires fermés sur Première naissance 2019
  6. Éducation au licol Commentaires fermés sur Éducation au licol
  7. Un alpaga n’est pas un jouet ! Commentaires fermés sur Un alpaga n’est pas un jouet !
  8. Nouveaux parcs Commentaires fermés sur Nouveaux parcs
  9. Ostéopathie pour alpagas Commentaires fermés sur Ostéopathie pour alpagas
  10. Sevrage des crias Commentaires fermés sur Sevrage des crias
  11. Meilleurs voeux Commentaires fermés sur Meilleurs voeux
  12. Travaux d’automne Commentaires fermés sur Travaux d’automne
  13. Stages laine Commentaires fermés sur Stages laine
  14. Nouvelles d’automne Commentaires fermés sur Nouvelles d’automne
  15. Article Ouest-France Commentaires fermés sur Article Ouest-France
  16. Départs vers d’autres horizons Commentaires fermés sur Départs vers d’autres horizons
  17. Un festival de couleurs chez les crias Commentaires fermés sur Un festival de couleurs chez les crias
  18. C’est parti… Commentaires fermés sur C’est parti…
  19. Analyses de fibre 2018 Commentaires fermés sur Analyses de fibre 2018