LES ALPAGAS DE KerLA

LES ALPAGAS de KerLA

Décembre 2018

Mon troupeau d’alpagas est constitué de suris et de huacayas.

J’ai toujours eu un faible pour les suris, leur élégance, leur beauté tellement particulière, avec ces sublimes mèches qui les enveloppent et dansent au moindre mouvement. Leur caractère aussi est particulier : souvent plus vifs que les huacaya quand ils sont jeunes, ils deviennent plus proches une fois qu’on a gagné leur confiance… Au départ je souhaitais même exclusivement en composer mon élevage, mais le marché pour eux n’est pas encore assez développé en France, et j’ai dû faire le choix de réduire progressivement leur nombre pour me consacrer davantage aux huacayas.

Mon cheptel de départ venait de l’élevage Farrlacey, en Charente : j’avais acheté en 2012 toutes leurs femelles suri, ainsi que quelques bonnes femelles huacaya grises et noires, et trois étalons de qualité : Lightfoot Maldoone, Farrlacey Vincent et le suri Farrlacey Picasso.

J’ai ensuite acheté régulièrement des alpagas auprès de différents éleveurs pour apporter de nouveaux courants de sang et développer le type d’animaux que je recherche, en huacaya comme en suri.

En 2020, dans ma 9e année d’éleveur, je commence à voir avec satisfaction les résultats de mon travail : mon cheptel évolue vers le type d’animaux que je souhaite, en morphologie comme en qualité de fibre. Alpagas de taille moyenne à l’ossature solide, bons aplombs, rusticité, tête expressive sans excès de laine autour des yeux, fibre ultra-fine avec densité et uniformité.

Je vous présente mes animaux dans les pages suivantes :

Quid des concours ? Plusieurs de mes animaux ont été primés avec leurs anciens propriétaires, en Grande-Bretagne et en France, et leurs toisons également, comme mon étalon gris Lightfoot Maldoone ou mes suris Zola et Zincala (respectivement Suprême Champion Suri du Scottish National Fleece Show en 2009, et 1er prix suri gris et championne des couleurs de ce même show prestigieux en 2011)

Pour ma part, bloquée à la ferme 7 jours sur 7, je n’ai guère eu la possibilité d’amener des alpagas à des concours qui sont rares et souvent très éloignés : s’absenter 3 jours est très compliqué….

En 2014, à Bourges, j’ai pu amener 5 jeunes qui ont tous les 5e été primés (dont Kara premier prix en jeunes femelles grises). Et en septembre 2019 à Janvry les 7 animaux présentés aux juges de l’AELAS m’ont également donné toute satisfaction, ramenant chacun un prix, et un Réserve Champion marron pour Niaouli.

Quid des couleurs ?
Mes alpagas présentent toutes la palette des couleurs, car je souhaite avoir des teintes naturelles variées pour ma production artisanale de laine.Toutefois je travaille plus particulièrement sur le gris et le fawn.

Le gris est une couleur encore rare, sur laquelle beaucoup de travail reste à faire pour obtenir des fibres fines, denses et bien structurées. C’est aussi une couleur difficile à produire car certains croisements sont à risque : gris sur gris entraîne davantage d’avortements et de crias mort-nés par exemple, et gris sur un alpaga porteur du gêne tache blanche peut produire des blancs aux yeux bleus, les BEWs, qui sont sourds dans 90% des cas – mais ces BEWs peuvent être issus de n’importe quel croisement de parents tous deux porteurs de tâche blanche.

Quid des suris ?

ZOLA, une suri fantastique, toujours en forme à 14 ans.

Actuellement il ne me reste que peu de suris dans mon cheptel, mais ce sont de très beaux spécimens et je garde toute ma passion pour eux. Mes deux petites femelles nées en 2019, très prometteuses, vont joliment étoffer ce groupe !

Je recherche des couleurs variées et un méchage bien marqué, fin et lustré pour la production de mèches, avec une ossature solide, sur le modèle de ma sublime Zola ou de sa fille Zincala.

 Retour LES ANIMAUX DE KerLA

Articles récents

Joies et peines de juin

Juin et début juillet 2020 : naissances, coups durs, castrations, départs… Un condensé de la vie d’élevage, avec ses joies et ses peines.

Cette année le foin a été fait plus tôt que d’habitude : la météo exceptionnelle a permis de faire une superbe récolte dès la 3e semaine de mai (une première, car ici je n’avais pu faucher avant début juin). Mais les semaines suivantes n’ont pas été de tout repos pour autant !

Côté naissances, de bien belles arrivées :

– 3 superbes petites femelles (SABA la blanche tachetée, SATINE la suri marron et STIRWENN la boule de laine blanche)

 

– 4 petits mâles (SHERKHAN l’appaloosa et SANGHA le suri bicolore, nés exactement en même temps, SAMOURAI le gris-rose à la naissance très mouvementée, et l’adorable SIRIUS).

Mais aussi de grosses angoisses :

– une hémorragie post-partum pour ma douce PERLE, après la naissance difficile de son beau SHERKHAN (merci à mes vétos pour leur rapidité d’intervention et leur efficacité, et à Perle pour être aussi adorable et facile à soigner)

PERLE et son cria SHERKHAN

– une grosse dystocie pour ONDINE, la plus difficile que j’ai eue à gérer seule ! La mise-bas commençait bien, mais les pattes antérieures du cria étaient restées allongées le long du corps : aucun véto n’étant disponible rapidement, j’ai dû me résoudre à intervenir seule. Et le miracle a eu lieu : j’ai réussi à extraire le cria sans abîmer la mère, et à ranimer le petit SAMOURAI qui ne respirait plus à la sortie… Beaucoup d’émotion !

ONDINE et son cria SAMOURAI

Hélas aussi un autre moment très difficile : ma vieille DARLING, pour son dernier cria, a commencé en pleine nuit une expulsion par le siège. Avec une femelle plus jeune, le cria n’aurait pas pu sortir ainsi, en présentation arrière avec les pattes repliées sous lui, et une intervention humaine aurait permis de sortir le cria, mort certes, mais avec un minimum de dégâts pour la mère. Mais ma brave Darling a voulu assurer la naissance seule, et le cria est hélas resté bloqué à mi-corps. Jusqu’à mon arrivée elle s’est épuisée à essayer de l’expulser, et a subi des dégâts internes graves (ligaments étirés, hématome probablement, écrasement de la moelle épinière peut-être) qui l’ont laissée paralysée de l’arrière-train. Le vétérinaire-ostéo est venu plusieurs fois pour elle, mais seul le temps pourra dire si les dégâts sont irréparables… Depuis 15 jours elle vit couchée, sans pouvoir se lever, mais toujours alerte, elle mange et boit… Tant qu’elle ne capitule pas, je continue à y croire. Elle me dira quand il sera temps d’abandonner la lutte si elle ne parvient pas à retrouver l’usage de ses pattes pour profiter d’une retraite bien méritée  🙁

Pour finir sur une note plus heureuse, début juillet 4 jeunes mâles ont pris la route de la Normandie pour une nouvelle vie dans une jolie propriété  🙂

RADJAH, RÊVE, RELAX et REBELLE dans leur nouvelle demeure

 

  1. Crias de mai Commentaires fermés sur Crias de mai
  2. Première naissance 2020 Commentaires fermés sur Première naissance 2020
  3. Premières tontes 2020 Commentaires fermés sur Premières tontes 2020
  4. Nouvelles de mars… Commentaires fermés sur Nouvelles de mars…
  5. Toisons en microfilature Commentaires fermés sur Toisons en microfilature
  6. Départs de l’élevage Commentaires fermés sur Départs de l’élevage
  7. Bonjour 2020 Commentaires fermés sur Bonjour 2020
  8. Activités automnales Commentaires fermés sur Activités automnales
  9. Automne 2019 Commentaires fermés sur Automne 2019
  10. Petite escapade à Janvry Commentaires fermés sur Petite escapade à Janvry
  11. STAGE LAINE août 2019 Commentaires fermés sur STAGE LAINE août 2019
  12. En route pour la saison 2020 Commentaires fermés sur En route pour la saison 2020
  13. Tonte maison Commentaires fermés sur Tonte maison
  14. Quelques nouvelles… Commentaires fermés sur Quelques nouvelles…
  15. Premières femelles de l’année Commentaires fermés sur Premières femelles de l’année
  16. Première naissance 2019 Commentaires fermés sur Première naissance 2019
  17. Éducation au licol Commentaires fermés sur Éducation au licol
  18. Un alpaga n’est pas un jouet ! Commentaires fermés sur Un alpaga n’est pas un jouet !
  19. Nouveaux parcs Commentaires fermés sur Nouveaux parcs