ÉCHEVEAUX et PELOTES

METTRE LA LAINE FILÉE EN ÉCHEVEAUX ET EN PELOTES

Écheveaux et pelotes sont la dernière étape de la réalisation d’un fil, l’écheveau permet de le laver puis de le stocker, la pelote de l’utiliser pour tricoter, crocheter ou tisser. Plusieurs outils sont nécessaires.

Echeveaudoir

La bobine de fil préparée sur le rouet est mise en écheveau à l’aide d’un dévidoir. Il en existe de plusieurs types, du niddy-noddy (simple mandrin très pratique) au majestueux écheveaudoir en bois, en passant par les dévidoirs en parapluie ou à manivelle que l’on trouve facilement dans les brocantes. (Les écheveaudoirs en plastique vendus sur certains sites ont un prix très modique, mais ils se déforment et le résultat n’est pas très satisfaisant).

Niddy-noddy

Niddy-noddy

Le diamètre de chaque tour de fil sur le dévidoir étant connu, on peut facilement établir la longueur approximative de fil de chaque écheveau.

Quand tout le fil de la bobine a été transféré sur le devidoir, on le noue avec des brins de laine en plusieurs endroits, puis on le retire du dévidoir pour l’étape du blocage : l’écheveau est trempé dans l’eau (éventuellement lavé), ou juste passé à la vapeur si un lavage avant filage avait été fait..

Lavage d'un écheveau

Lavage au savon neutre si la laine est sale. Sinon simple trempage à l’eau tiède vinaigrée (pour donner du gonflant) et quelques gouttes d’HE de lavande (pour une bonne senteur de la laine).

Lavage d'un écheveau

L’écheveau lavé peut être essoré très doucement dans une banale essoreuse à salade pour faciliter le séchage et éviter que le fil se déforme sous le poids de l’eau.

 


 

 

 

 

 

 

Echeveaux et pelotesL’écheveau est ensuite suspendu pour sécher, parfois avec un poids pour tendre le fil (selon l’effet que l’on veut obtenir).

Une fois sec, l’écheveau est tordu sur lui-même pour être stocké. Il est préférable de garder la laine en écheveau si on ne compte pas l’utiliser rapidement, car la mise en pelote exerce une tension qui peut abîmer la fibre.

Les écheveaux filés main ne peuvent avoir un poids standard comme les pelotes industrielles du commerce, il est très difficile de les calibrer au gramme près, c’est pourquoi le tarif est en général fixé aux 100g et le prix de vente est calculé au prorata du poids réel.

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour tricoter ou tisser, il faut mettre l’écheveau en pelote : on le repositionne sur l’écheveaudoir, et on utilise un bobinoir pour créer la pelote :

Echeveaux et pelotes

Mise en pelote sur le bobinoir

Echeveaux et pelotesEcheveaux et pelotes
Retour : LE TRAVAIL DE LA LAINE

Articles récents

  1. En route pour la saison 2020 Commentaires fermés sur En route pour la saison 2020
  2. Tonte maison Commentaires fermés sur Tonte maison
  3. Quelques nouvelles… Commentaires fermés sur Quelques nouvelles…
  4. Premières femelles de l’année Commentaires fermés sur Premières femelles de l’année
  5. Première naissance 2019 Commentaires fermés sur Première naissance 2019
  6. Éducation au licol Commentaires fermés sur Éducation au licol
  7. Un alpaga n’est pas un jouet ! Commentaires fermés sur Un alpaga n’est pas un jouet !
  8. Nouveaux parcs Commentaires fermés sur Nouveaux parcs
  9. Ostéopathie pour alpagas Commentaires fermés sur Ostéopathie pour alpagas
  10. Sevrage des crias Commentaires fermés sur Sevrage des crias
  11. Meilleurs voeux Commentaires fermés sur Meilleurs voeux
  12. Travaux d’automne Commentaires fermés sur Travaux d’automne
  13. Stages laine Commentaires fermés sur Stages laine
  14. Nouvelles d’automne Commentaires fermés sur Nouvelles d’automne
  15. Article Ouest-France Commentaires fermés sur Article Ouest-France
  16. Départs vers d’autres horizons Commentaires fermés sur Départs vers d’autres horizons
  17. Un festival de couleurs chez les crias Commentaires fermés sur Un festival de couleurs chez les crias
  18. C’est parti… Commentaires fermés sur C’est parti…
  19. Analyses de fibre 2018 Commentaires fermés sur Analyses de fibre 2018