FILAGE DE LA LAINE

LE FILAGE DE LA LAINE

Le filage est l’étape magique qui transforme la fibre en laine :  création d’un fil dont l’épaisseur, la régularité, le gonflant et la torsion sont modulés par la technique du fileur et le matériel utilisé.

Le filage peut se faire au fuseau ou au rouet.

LE FUSEAU :

Comme beaucoup de fileurs et fileuses, j’ai appris d’abord la technique millénaire du filage au fuseau, qui décompose le travail du fil en deux temps : la torsion puis l’enroulement. Le fuseau, léger et maniable, peut être emporté partout et permet de filer dans les endroits les plus insolites.

J’utilise le fuseau dans mes formations pour enseigner le geste aux personnes qui débutent en filage, c’est un outil très utile, mais j’avoue ne plus guère l’utiliser pour produire des fils, je préfère largement le rouet.

LE ROUET

Démonstration de filage lors d’une manifestation – rouet Kiwi 2

Le rouet permet de créer le fil et de l’enrouler autour de la bobine dans le même mouvement, en pédalant.

Les modèles de rouets sont multiples. Ancien ou moderne, il faut en essayer plusieurs pour trouver celui qui convient le mieux pour ce que l’on souhaite faire. Une ou deux pédales, double entraînement ou simple entraînement (avec tension écossaise ou irlandaise), épinglier pour filage dentelle ou kit jumbo, types de ratios… Le choix d’un rouet suppose d’approfondir au préalable ses connaissances techniques.

Je dispose dans mon atelier, pour ma production de fil et pour les stages que j’anime, de 6 rouets de travail :  5 rouets à simple entraînement et tension écossaise : (les Kiwi 2 et Kiwi 3 d’Ashford, le Fantasia de Kromski et 2 modèles du Bliss TT de Wool Makers), et le rouet électronique Roberta, que j’utilise surtout pour les retors

J’ai également 2 rouets plus anciens, à double entrainement, qui sont opérationnels mais un peu plus difficiles à utiliser pour les débutants. Et le problème des rouets anciens de marque inconnue, c’est la difficulté pour se procurer des bobines complémentaires.

LES TECHNIQUES DE FILAGE :

Il existe quasiment autant de techniques de filages que de fileurs et fileuses : chacun adapte la technique à son doigté, ses sensations, ses capacités, et également à ses objectifs : un fil gonflant (woolly) ne s’obtient pas de la même manière qu’un fil lisse (worsted), un fil d’art demande encore d’autres compétences.

Mais le principe de base du filage reste toujours le même : une main contrôle l’apport de fibre pour alimenter le fil, l’autre main contrôle la montée de la torsion en pinçant et relâchant alternativement le fil qui se crée.

Le fil simple est appelé célibataire. Ce fil peut être tricoté ainsi, mais il est assez fragile, c’est pourquoi le plus souvent on le retord, c’est à dire qu’on tord ensemble deux fils célibataires (ou davantage) pour obtenir un fil plus solide.

Pour le retors, la torsion se fait en sens inverse du sens utilisé pour filer, afin de ne pas ôter la torsion initiale de chaque fil (Par convention un fil simple est filé en tournant la roue ou le fuseau dans le sens des aiguilles d’une montre – torsion en Z-, donc le retord se fait dans le sens contraire, en S).

Pour retordre, il suffit de positionner les bobines de fil célibataire sur un support appelé cantre . La plupart des rouets comportent un cantre intégré (deux tiges verticales utilisables pour le retord à deux brins), mais pour ma part je préfère retordre avec un cantre freiné positionné en hauteur derrière moi : le déroulement des fils est plus facile à contrôler.

La bobine de fil (fil simple ou retordu) doit ensuite être mise en écheveau, puis subir l’importante étape du blocage (par trempage ou à la vapeur) qui permet de répartir et fixer la torsion.

Page suivante : écheveaux et pelotes

Retour : LE TRAVAIL DE LA LAINE

Articles récents

Nouvelle étape

Et voilà, une nouvelle étape arrive pour l’élevage KerLA, et pour le meilleur j’espère 🙂

J’ai enfin réussi à trancher pour franchir cette nouvelle étape, après de longues tergiversations et disputes avec moi-même 😉

J’adore ce que je fais, mais mes capacités de travail ont des limites qui hélas semblent se manifester de plus en plus à mesure que les années passent (je ne comprends vraiment pas pourquoi…).

ZOLA, ma belle matriarche suri

Donc la seule issue pour poursuivre sereinement, seule, mon travail autour de l’élevage, la transformation des laines et la formation, était de recalibrer l’activité : réduire la partie élevage, me donner plus de temps pour travailler la laine et aussi pour transmettre mes modestes compétences aux nouveaux amoureux de l’alpaga : cela me tient à coeur, d’une part à cause du grand n’importe quoi qui règne dans le monde de l’alpaga aujourd’hui, et d’autre part parce qu’on ne se refait pas… 25 années de prof, ça laisse des traces 😉

En ce début 2021, c’est la réduction de taille de l’élevage qui est en cours, et il a fallu commencer par la décision la plus difficile, que j’ai déjà évoquée le mois dernier : arrêter les suris pour me consacrer uniquement aux huacayas. D’ici fin avril, il ne restera comme suri sur la ferme que ma belle Zola, heureuse retraitée, et peut-être une autre femelle. Il n’y aura plus de mèches lustrées flottant au vent au milieu des galopades du soir… 🙁

Tous mes loulous suri auront donc rejoint leurs nouvelles familles avant fin avril (en Belgique, Lot-et-Garonne et Charente), et quelques huacayas vont également s’égailler à travers la France (Manche, Moselle, Charente…).

L’étape suivante se fera à l’automne, après la saison des mise-bas, il me faudra choisir les femelles qui partiront elles-aussi dans de nouvelles maisons pour poursuivre leur lignée, et quelques mâles aussi.

Mais attention, pas de tristesse dans tout ça, c’est une évolution réfléchie et logique, mes animaux ne partent pas n’importe où, je vais avoir des nouvelles 🙂 

Et moi je vais continuer, avec un cheptel plus réduit mais de qualité croissante, à travailler à l’amélioration de la fibre, mon objectif principal d’élevage. D’ailleurs (chut, on ne le dit pas encore) un nouvel étalon huacaya va arriver à KerLA dans quelques semaines pour apporter son exceptionnelle qualité…

  1. Printemps précoce Commentaires fermés sur Printemps précoce
  2. Déjà février… Commentaires fermés sur Déjà février…
  3. Meilleurs voeux pour 2021 Commentaires fermés sur Meilleurs voeux pour 2021
  4. Filage hivernal Commentaires fermés sur Filage hivernal
  5. Adieu Maldoone Commentaires fermés sur Adieu Maldoone
  6. Le dilemme de l’éleveur Commentaires fermés sur Le dilemme de l’éleveur
  7. Stages d’automne Commentaires fermés sur Stages d’automne
  8. Nouvelles d’automne Commentaires fermés sur Nouvelles d’automne
  9. Stages d’automne Commentaires fermés sur Stages d’automne
  10. Mi-juillet/mi-août 2020 : des hauts et des bas Commentaires fermés sur Mi-juillet/mi-août 2020 : des hauts et des bas
  11. Joies et peines de juin Commentaires fermés sur Joies et peines de juin
  12. Crias de mai Commentaires fermés sur Crias de mai
  13. Première naissance 2020 Commentaires fermés sur Première naissance 2020
  14. Premières tontes 2020 Commentaires fermés sur Premières tontes 2020
  15. Nouvelles de mars… Commentaires fermés sur Nouvelles de mars…
  16. Toisons en microfilature Commentaires fermés sur Toisons en microfilature
  17. Départs de l’élevage Commentaires fermés sur Départs de l’élevage
  18. Bonjour 2020 Commentaires fermés sur Bonjour 2020
  19. Activités automnales Commentaires fermés sur Activités automnales