CARDAGE DE LA FIBRE

CARDAGE ET PEIGNAGE de la fibre

cardage de la laine

Cardeuse à balancier – KerLA

Carder ou peigner la fibre consiste à la préparer pour en faciliter le filage en alignant les fibres par deux ou trois passages successifs entre des cardes ou des peignes.

1) UNE ÉTAPE PRÉALABLE : l’ÉCHARPILLAGE
L’écharpillage consiste à démêler et ouvrir soigneusement les fibres, boucle par boucle.

Il se fait à la main pour les fibres fines. Pour les laines plus grossières ou les fibres destinées au feutre, on peut utiliser une bonne vieille cardeuse à balancier (ci-contre), utilisée autrefois pour carder la laine à matelas – on parle alors de pré-cardage.

2) CARDAGE ou PEIGNAGE

Le choix de la technique dépend du type de fibre et de l’objectif final :

le peignage est privilégié pour les fibres longues, comme celles de l’alpaga suri, car il met en valeur leur brillance en les alignant parfaitement. Le fil obtenu est très lisse, plus solide car réalisé avec des fibres de longueur identique, mais il est aussi plus coûteux car le travail avec des peignes à main prend énormément de temps.

– le cardage est la technique la plus couramment utilisée en atelier artisanal, car elle est beaucoup plus rapide que le peignage. Elle concerne les fibres courtes et moyennes (jusqu’à 15cm). Le cardage permet d’aligner plus ou moins les fibres. Il peut se faire à l’ancienne, avec des cardes à main, mais pour que le coût de la laine ne soit pas prohibitif, il est préférable d’utiliser une cardeuse à rouleaux :

La cardeuse à rouleaux donne de belles nappes plus ou moins épaisses, de 40 à 65g, faciles à stocker :

Rouleaux d'alpaga cardé

Petits rouleaux de laine cardée, prêts pour le filage

La nappe peut être divisée en bandes que l’on enroule sur elles-mêmes, ou mise en ruban prêt à filer à l’aide d’un diz.

La manière de préparer la fibre permet soit un filage dans le sens de la fibre (effet plus lisse), soit un filage perpendiculaire à la fibre (effet plus gonflant).

On peut filer certaines toisons directement sans écharpiller ni carder, ce qui permet un gain de temps énorme, mais il est beaucoup plus difficile d’obtenir un fil régulier, car il faut s’arrêter souvent en cours de filage pour enlever des débris et dégrossir des paquets de laine emmêlés.

Page suivante : FILAGE DE LA LAINE

Retour : LE TRAVAIL DE LA LAINE