PRÉPARATION DE LA TOISON

BIEN PRÉPARER LA TOISON : une étape cruciale pour la bonne qualité de la laine.

1 – LE TRI

Tonte

Tonte de SAM – mai 2017

Au cours de la tonte, le tondeur sépare en principe la fibre en 2 ou 3 catégories :

  • la catégorie 1 est prélevée sur le dos et les flancs, c’est la blanket, la meilleure fibre.
  • la catégorie 2 est prélevée sur le cou, le ventre, les pattes. C’est une fibre plus courte et plus épaisse, le plus souvent utilisée pour le rembourrage ou le feutrage. Sur de bons animaux on peut distinguer une catégorie 2 (cou, ventre) et une catégorie 3 (pattes).

La laine de chaque catégorie est emballée en sacs et pesée dans l’attente de sa transformation (la laine brute peut se conserver plusieurs années si elle est stockée dans de bonnes conditions avec quelques gouttes d’huile essentielle de lavande, cèdre ou romarin contre les parasites).

Le tri d’une toison se fait sur une grande claie grillagée.Tri de la laine

On étale la toison, on la secoue doucement pour la dépoussiérer (car les alpagas adorent se rouler dans la terre et le sable). Puis il faut trier patiemment à la main pour ôter les débris de paille, foin et autres salissures.

Une laine trop souillée est irrécupérable, c’est pourquoi la propreté de l’espace de vie des animaux et de l’aire de tonte sont essentielles.

2 – LE LAVAGE

Le lavage peut se faire en amont (avant le cardage), ou en aval (une fois la laine mise en écheveau). Le choix dépend surtout du type de fibre que vous transformez.

Pour de l’alpaga ou du lama, fibres sèches, sans suint, le lavage préalable n’est pas recommandé en filage artisanal : il agglomère les fibres et rend l’écharpillage plus difficile. Le lavage en écheveau est largement suffisant (voir cette page).

Pour du mouton ou toute autre fibre grasse, le lavage préalable est nécessaire afin d’extraire la plus grande partie du suint, protéger les outils et rendre le filage plus agréable.

Comment réaliser ce lavage préalable ?

Il se fait à la main, toison par toison (2 à 3kg maximum à la fois), dans une série de bains d’eau légèrement chaude (35 à 40°C). Laisser tremper 1 heure dans de l’eau tiède, avant le lavage proprement dit, pour que les saletés se détachent mieux ensuite.

LAVAGE de la toisonLAVAGE de la toisonQue le lavage se fasse en amont ou en aval de la transformation, il faut respecter deux règles simples pour éviter le feutrage des fibres :

  • – utiliser de l’eau à la même température pendant tout le processus (surtout pas de choc thermique)
  • – ne jamais frotter la laine : l’immerger en appuyant doucement.

Pour les fibres délicates comme l’alpaga, le lavage se fait avec un produit naturel doux (pas de lessive avec détergent) : j’utilise un savon liquide neutre bio, ou du savon de Marseille liquide à l’huile d’olive. La fibre doit ensuite être rincée soigneusement.

3 – LE SÉCHAGE

Pour le lavage en amont, la toison est étalée sur des claies de séchage sans être essorée. Il faut la retourner et l’aérer régulièrement, à la main, pour détacher les fibres et accélérer le séchage. Par temps beau et chaud, elle sèche dans la journée. C’est donc une activité exclusivement estivale.

Séchage de la toison lavée

Séchage sur claie

Pour de petites quantités, une essoreuse à laine est parfois utilisée… Je n’ai pas testé, et pour l’alpaga je ne m’y risquerais pas… Le sèche-linge est totalement à proscrire, même avec un programme laine. Seul le séchage naturel préserve les qualités de la fibre.

Par temps venteux, je couvre les claies de grillage pour éviter que la laine soit emportée par les bourrasques (le risque est grand en fin de séchage, quand la laine devient si légère).

SECHAGE LAINE AVEC GRILLES Petite note tirée de mes expériences de lavage :

– ne lavez surtout pas une toison destinée à être transformée en filature artisanale, seules les toisons non lavées sont acceptées.

– le lavage préalable d’une toison d’alpaga suri est une TRÈS MAUVAISE IDÉE, surtout si on veut ensuite extraire des mèches intactes, et même pour peigner ou carder ensuite.

Page suivante : cardage et peignage

Retour : LE TRAVAIL DE LA LAINE