PRÉPARATION DE LA TOISON

BIEN PRÉPARER LA TOISON : une étape cruciale pour la bonne qualité de la laine.

1 – LE TRI

Tonte

Tonte de SAM – mai 2017

Au cours de la tonte, le tondeur a en principe séparé la fibre en 2 ou 3 lots :

  • la catégorie 1 est prélevée sur le dos et les flancs, c’est la blanket, la meilleure fibre.
  • la catégorie 2 est prélevée sur le cou, le ventre, les pattes. C’est une fibre plus courte et plus épaisse, le plus souvent utilisée pour le rembourrage ou le feutrage. Sur de bons animaux on peut distinguer une catégorie 2 (cou, ventre) et une catégorie 3 (pattes).

La laine de chaque catégorie est emballée en sacs et pesée dans l’attente de sa transformation (la laine brute peut se conserver plusieurs années si elle est stockée dans de bonnes conditions avec quelques gouttes d’huile essentielle de lavande, cèdre ou romarin contre les parasites).

Le tri d’une toison se fait sur une grande claie grillagée.Tri de la laine

On étale la toison, on la secoue doucement pour la dépoussiérer (car les alpagas adorent se rouler dans la terre et le sable). Puis il faut trier patiemment à la main pour ôter les débris de paille, foin et autres salissures.

Une laine trop souillée est irrécupérable, c’est pourquoi la propreté de l’espace de vie des animaux et de l’aire de tonte sont essentielles.

2 – LE LAVAGE

Le lavage peut se faire en amont (avant le cardage), ou en aval (une fois la laine mise en écheveau). Le choix dépend surtout du type de fibre que vous transformez.

Pour de l’alpaga ou du lama, fibres sèches, sans suint, le lavage préalable n’est pas recommandé en filage artisanal : il agglomère les fibres et rend l’écharpillage plus difficile. Le lavage en écheveau est largement suffisant (voir cette page).

Pour du mouton ou toute autre fibre grasse, le lavage préalable est nécessaire afin d’extraire la plus grande partie du suint, protéger les outils et rendre le filage plus agréable.

Comment réaliser ce lavage préalable ?

Il se fait à la main, toison par toison (2 à 3kg maximum à la fois), dans une série de bains d’eau légèrement chaude (35 à 40°C). Laisser tremper 1 heure dans de l’eau tiède, avant le lavage proprement dit, pour que les saletés se détachent mieux ensuite.

LAVAGE de la toisonLAVAGE de la toisonQue le lavage se fasse en amont ou en aval de la transformation, il faut respecter deux règles simples pour éviter le feutrage des fibres :

  • – utiliser de l’eau à la même température pendant tout le processus (surtout pas de choc thermique)
  • – ne jamais frotter la laine : l’immerger en appuyant doucement.

Pour les fibres délicates comme l’alpaga, le lavage se fait avec un produit naturel doux (pas de lessive avec détergent) : j’utilise un savon liquide neutre bio, ou du savon de Marseille liquide à l’huile d’olive. La fibre doit ensuite être rincée soigneusement, dans plusieurs bains, en prenant soin de la manipuler délicatement pour la sortir de l’eau. Surtout pas d’essorage (pour de petites quantités, une essoreuse à laine est parfois utilisée… Personnellement je ne l’utilise que pour essorer des écheveaux).

3 – LE SÉCHAGE

Pour le lavage en amont, la toison est étalée sur des claies de séchage sans être essorée. Il faut la retourner et l’aérer régulièrement, à la main, pour détacher les fibres et accélérer le séchage. Par temps beau et chaud, elle sèche dans la journée. C’est donc plutôt une activité estivale.

Séchage de la toison lavée

Séchage sur claie

Le sèche-linge est totalement à proscrire, même avec un programme laine. Seul le séchage naturel préserve les qualités de la fibre.

Par temps venteux, je couvre les claies de grillage pour éviter que la laine soit emportée par les bourrasques (le risque est grand en fin de séchage, quand la laine devient si légère).

SECHAGE LAINE AVEC GRILLES Petite note tirée de mes expériences de lavage :

– ne lavez surtout pas une toison destinée à être transformée en filature artisanale, seules les toisons non lavées sont acceptées.

– le lavage préalable d’une toison d’alpaga suri est une TRÈS MAUVAISE IDÉE, surtout si on veut ensuite extraire des mèches intactes, et même pour peigner ou carder ensuite.

Pages suivantes : 

Retour au  TRAVAIL DE LA LAINE

Articles récents

Petite escapade à Janvry

Le WE des 14/15 septembre a eu lieu la première fête des camélidés à Janvry, dans l’Essonne. Un rassemblement initié par l’association des grands camélidés, qui avait invité l’AFLA (association française des lamas et alpagas) à se joindre à l’organisation.

Méfiants, plutôt attirés par l’autre concours organisé dans l’Ain en octobre, les éleveurs d’alpagas ont boudé Janvry, certains se sont même désistés au dernier moment alors qu’ils s’étaient inscrits, mettant les organisateurs dans l’embarras 🙁

Le concours a tout de même eu lieu, sans réelle portée sur le plan des résultats du fait du peu de participants, mais très instructif. Même si une classe ne comporte qu’un ou deux animaux, la première place n’est attribuée par les juges que si les alpagas ont la qualité requise pour cette récompense, et le commentaire qui accompagne le jugement permet de se positionner correctement malgré l’absence de concurrence.

J’avais amené 7 mâles à Janvry, tous ont fait bonne figure et je n’ai pas regretté le déplacement, j’ai pu conforter mon opinion sur certains de mes animaux : ainsi mon jeune gris Panache a confirmé tout le bien que je pensais de lui. Et pour mon beau Niaouli les doutes que j’avais ont été levés, il restera donc bien comme reproducteur à l’élevage !

L’ambiance était là, l’animation permanente, le public très, très nombreux tout au long des deux jours. Un public curieux, intéressé, et dans l’ensemble respectueux des animaux. Beaucoup de questions, d’explications, de pédagogie, y compris au micro pour bien expliquer les particularités et les besoins des petits camélidés. 

Un bilan très positif donc. J’ai rarement la possibilité de me déplacer pour des manifestations ou des concours, mais la proximité de Janvry rendait l’occasion trop belle ! Et je tenais à soutenir l’AFLA parce que j’apprécie le travail que mène son nouveau bureau.

Ce week-end là j’ai pris des risques en m’absentant alors que des femelles étaient sur le point de mettre bas, c’est bien la première fois, et j’ai beaucoup stressé à cause de ça, moi qui met un point d’honneur à assister à quasiment toutes les naissances, et bien sûr à ne jamais m’absenter dans ces périodes… Mais les trois dernières futures mamans de la saison ont eu la correction d’attendre, et de ne pas mettre au défi leur gardienne qui n’avait jamais géré de naissance !

 

  1. STAGE LAINE août 2019 Commentaires fermés sur STAGE LAINE août 2019
  2. En route pour la saison 2020 Commentaires fermés sur En route pour la saison 2020
  3. Tonte maison Commentaires fermés sur Tonte maison
  4. Quelques nouvelles… Commentaires fermés sur Quelques nouvelles…
  5. Premières femelles de l’année Commentaires fermés sur Premières femelles de l’année
  6. Première naissance 2019 Commentaires fermés sur Première naissance 2019
  7. Éducation au licol Commentaires fermés sur Éducation au licol
  8. Un alpaga n’est pas un jouet ! Commentaires fermés sur Un alpaga n’est pas un jouet !
  9. Nouveaux parcs Commentaires fermés sur Nouveaux parcs
  10. Ostéopathie pour alpagas Commentaires fermés sur Ostéopathie pour alpagas
  11. Sevrage des crias Commentaires fermés sur Sevrage des crias
  12. Meilleurs voeux Commentaires fermés sur Meilleurs voeux
  13. Travaux d’automne Commentaires fermés sur Travaux d’automne
  14. Stages laine Commentaires fermés sur Stages laine
  15. Nouvelles d’automne Commentaires fermés sur Nouvelles d’automne
  16. Article Ouest-France Commentaires fermés sur Article Ouest-France
  17. Départs vers d’autres horizons Commentaires fermés sur Départs vers d’autres horizons
  18. Un festival de couleurs chez les crias Commentaires fermés sur Un festival de couleurs chez les crias
  19. C’est parti… Commentaires fermés sur C’est parti…