LE TRAVAIL DE LA LAINE

LA LAINE d’ALPAGA :

La laine d’ALPAGA est une fibre haut de gamme réputée : elle est très fine, plus douce et plus résistante que la laine de mouton, et surtout beaucoup plus chaude ! Elle ne contient pas de suint (ce qui la rend agréable à travailler) et elle est hypoallergénique, c’est-à-dire non-irritante (idéale pour les personnes qui ne supportent pas le contact prolongé de la laine de mouton).

La qualité des toisons varie considérablement d’un animal à l’autre : toutes les laines d’alpaga du marché sont loin de se valoir !

Finesse, densité, uniformité, structure et longueur des fibres caractérisent chaque toison. Plus une fibre est fine, plus elle est légère, et plus elle résulte d’un travail de sélection : le poids d’une toison ne peut donc être l’unique critère de prix : une fibre à 40 microns, bien rêche, et une autre en super royal baby à 16 microns, ultra douce, n’ont rien en commun et ne doivent pas se vendre au même prix. Hélas trop peu d’acheteurs (et même de vendeurs) en sont conscients.

Le travail de l’éleveur est de choisir les croisements qui permettront d’obtenir une toison toujours plus fine, dense et uniforme, avec une durabilité de ces qualités au long de la vie de l’animal, pas seulement sur ses premières tontes.

Des analyses de fibre annuelles sont indispensables sur tous les animaux producteurs de fibre d’un élevage pour assurer le meilleur suivi.


Fibre alpaga

Fibre de Olympe de KerLA – alpaga huacaya grise – 2017

La fibre d’alpaga HUACAYA pousse perpendiculaire au corps.

Elle doit être fine, brillante, avec du crimp (belle ondulation naturelle  régulière), uniforme dans sa finesse et dans sa répartition sur le corps, avec une bonne densité et le moins de poils de garde possible (longs poils plus épais).

Mèches alpaga suri

Mèches de ZINCALA, alpaga suri gris-rose – élevage KerLA – 2017

Chez l’alpaga SURI, la fibre forme des mèches bien distinctes qui prennent naissance au plus près de la peau et doivent être denses, fines et lustrées. Plus lisse et plus délicat à filer que le huacaya, le suri est une fibre d’exception, surnommée « la fibre des dieux » dans les Andes. Il est préférable de la peigner plutôt que de la carder pour bien la valoriser.

Nappes de fibres huacaya et suri mélangées au cardage

Les fibres HUACAYA et SURI peuvent être mélangées au cardage, pour un rendu étonnant au filage.

 

 

LES TEINTES :

Très souvent la laine d’alpaga disponible dans le commerce est de la laine blanche qui a été teinte. Pourtant il existe une palette de 22 teintes naturelles officielles chez l’alpaga !

Pour mon élevage j’ai sélectionné des alpagas de bonne origine à la fibre très fine et avec un large éventail de couleurs de toison afin de proposer des laines naturelles, non teintes.

 

LA TRANSFORMATION  DE LA FIBRE :

Beaucoup d’éleveurs français regroupent leur production pour l’expédier dans des filatures à l’étranger (Italie surtout) : ils récupèrent des pelotes ou des produits tricotés standardisés, à un prix qui leur permet de faire une bonne marge tout en vendant à prix bas… Mais leurs produits ne viennent pas de leurs propres toisons, il n’y a aucune traçabilité possible, et le traitement industriel ne préserve pas toutes les qualités de la fibre.

Et surtout les prix de vente pratiqués sont hélas beaucoup trop bas pour espérer valoriser correctement cette fibre exceptionnelle dans une filière française respectueuse des animaux et de la matière !  Quand un éleveur qui produit des toisons de grande qualité avec des animaux de haute valeur génétique brade ses pelotes de 50g à 7€TTC, quel que soit le lieu de transformation de sa fibre (et à ce prix là ce n’est pas une micro-filature !), il casse le marché et dévalorise sa propre production, mais aussi celle des autres éleveurs qui cherchent à vivre de l’activité lainière. Idem quand un éleveur se débarrasse de ses bonnes toisons à 10 ou 15€ du kilo parce que la laine n’est pour lui qu’un produit annexe… C’est incompréhensible. D’autant que ces mêmes éleveurs cherchent ensuite à convaincre le public d’investir dans l’achat d’alpagas de grand prix « parce qu’ils produisent une laine de luxe » 🙁

Ces prix de vente très bas induisent dans le public l’idée que l’alpaga n’est pas une fibre coûteuse (à la différence du mohair où le respect de la matière par les éleveurs qui la produisent a permis une valorisation réelle de la fibre, avec des prix qui correspondent au coût de revient et au travail : autour de 60€/kg de fibre brute).

Les micro-filatures artisanales qui se sont développées en Europe (il y en a deux en France) permettent de transformer les fibres toison par toison, et donc garantissent aux éleveurs soucieux de traçabilité de récupérer leur propre production et de pouvoir identifier les animaux producteurs de leur fil. De plus ces filatures travaillent sans traitement chimique et avec des contraintes mécaniques faibles : l’intégrité de la fibre et respectée et donc la durabilité des laines beaucoup plus grande que dans la transformation industrielle. MAIS évidemment les coûts de transformation sont beaucoup plus élevés !

Une association qui a vu le jour en 2018, ARSEN, a entrepris de lancer une filière laine d’alpaga 100% française : les adhérents se réunissent une fois par an pour trier leurs toisons, les classer par couleurs et par catégorie, et la transformation est assurée dans une filature française. Le tout pour un coût nettement inférieur à celui d’une micro-filature. Certes l’éleveur ne récupère pas sa propre fibre, mais il reçoit de la laine d’une qualité équivalente, ce qui n’est pas le cas avec le filage à l’étranger. Outre la naissance bienvenue d’une filière française, cette initiative va certainement inciter davantage les éleveurs qui produisent pour la laine à améliorer la qualité de leurs toisons, à que les toisons de qualité supérieure soient réellement mises en valeur.

Pour ma part je ne souhaite travailler et vendre que mes propres fibres, et de manière artisanale : j’en envoie une partie en micro-filature française, mais j’essaie désormais d’écouler l’essentiel de ma production sous forme de fibres brutes, triées, cardées, ou filées à la main.

Je vous invite à découvrir les étapes du travail de la laine, du tri de la toison à la pelote, dans les pages ci-dessous :

Articles récents

Crias de mai

Et voilà, le mois de mai s’en est déjà allé, il a fait cadeau de 3 jolis crias à KerLA : 2 mâles (legris SAPHIR et le blanc SOYEUX) et 1 femelle blanche teintée de fawn, SYMPHONIE.

C’est compliqué d’exprimer le ressenti d’un éleveur passionné pendant cette saison des naissances : excitation et inquiétude mêlées, tension de l’attente qui peut être interminable (les gestations vont de 10 mois 1/2 à 13 mois !), interrogations sur le cria à venir et les choix de croisement faits (ce sont les ventes qui font vivre l’élevage, et la fourchette des prix est très large selon le sexe, la couleur et la qualité des animaux)…

Sans parler des réveils au petit matin pour vérifier que la femelle qui semblait mal à l’aise la veille au soir ne fait pas son cria à l’aube, des rendez-vous reportés à l’automne pour ne pas risquer de devoir s’absenter au mauvais moment, des fausses alertes, des coups de stress, des bouffées d’angoisse quand un problème surgit, des appels urgents au véto (rares, heureusement)…

Ces moments de stress, je viens de les vivre en force avec ma belle Nacarat (les photos qui suivent sont celles de la naissance de son cria Symphonie dimanche 31 mai) : mi-mai elle m’a fait une torsion utérine, avec des symptômes de gêne et de forte douleur qui ne trompaient pas… Le véto a réussi à réduire la torsion, mais les symptômes, bien qu’atténués, ont continué, la pauvre Nacarat était complètement déformée, se creusait, en oubliait de manger… Autant dire que j’attendais la mise-bas avec beaucoup d’anxiété et je craignais de gros soucis… Y compris le matin où le travail a commencé, elle était vraiment mal, malgré mon expérience des mise-bas je n’arrivais pas à cerner ce qui n’allait pas…

Et puis est arrivé ce moment fantastique, quand le bout du nez pointe, et puis le bout des deux pattes antérieures : à ce stade, en principe, tout s’annonce bien… Nouveau soupir de soulagement quand la petite bouche du bébé s’ouvre et que ses naseaux s’agitent. il respire, il est vivant (la crainte du mort-né est toujours présente, je ne l’ai vécu qu’une seule fois, c’est très dur)…

Ensuite, c’est la routine… Souvent j’aide la maman, par une légère traction à chaque contraction, pour faciliter la naissance. Et dès le cria expulsé, vérification anxieuse de son sexe, et de l’absence de défauts physiques… Et pour l’anecdote, ce cria de Nacarat était si gros que je m’étais mise en tête que c’était un mâle, je n’ai même pas pensé tout de suite à vérifier le sexe !

Puis les gestes de soins de routine, qui nous ramènent toujours à l’essentiel et au basique de la vie : mâle ou femelle, quelle que soit la couleur, il suffit à notre bonheur d’éleveur que le cria soit en bonne santé, qu’il se lève et tête rapidement, que la mère soit maternelle et ait du lait, bref, que tout se passe bien 🙂

Le nouveau cria est accueilli par le groupe

  1. Première naissance 2020 Commentaires fermés sur Première naissance 2020
  2. Premières tontes 2020 Commentaires fermés sur Premières tontes 2020
  3. Nouvelles de mars… Commentaires fermés sur Nouvelles de mars…
  4. Toisons en microfilature Commentaires fermés sur Toisons en microfilature
  5. Départs de l’élevage Commentaires fermés sur Départs de l’élevage
  6. Bonjour 2020 Commentaires fermés sur Bonjour 2020
  7. Activités automnales Commentaires fermés sur Activités automnales
  8. Automne 2019 Commentaires fermés sur Automne 2019
  9. Petite escapade à Janvry Commentaires fermés sur Petite escapade à Janvry
  10. STAGE LAINE août 2019 Commentaires fermés sur STAGE LAINE août 2019
  11. En route pour la saison 2020 Commentaires fermés sur En route pour la saison 2020
  12. Tonte maison Commentaires fermés sur Tonte maison
  13. Quelques nouvelles… Commentaires fermés sur Quelques nouvelles…
  14. Premières femelles de l’année Commentaires fermés sur Premières femelles de l’année
  15. Première naissance 2019 Commentaires fermés sur Première naissance 2019
  16. Éducation au licol Commentaires fermés sur Éducation au licol
  17. Un alpaga n’est pas un jouet ! Commentaires fermés sur Un alpaga n’est pas un jouet !
  18. Nouveaux parcs Commentaires fermés sur Nouveaux parcs
  19. Ostéopathie pour alpagas Commentaires fermés sur Ostéopathie pour alpagas