Fibres brutes d’alpaga

FIBRES BRUTES D’ALPAGA

Je transforme artisanalement l’essentiel de ma production en fil de laine (filage main dans mon atelier ou filage en micro-filature française), je ne propose à la vente que quelques lots de fibre brute soigneusement triée, avec leur analyse.

Je vous invite à consulter ma page CONNAITRE LA FIBRE, vous comprendrez que toutes les toisons d’alpaga ne se valent pas, loin de là, et que connaître la qualité d’une toison grâce à son analyse évite bien des déceptions. Vendre « de l’alpaga » avec un tarif unique au kilo ou à la toison, comme on le voit hélas si souvent, est absurde : c’est encourager à produire des toisons épaisses, lourdes et donc plus rémunératrices que les toisons fines !

Comment commander ?

Contactez-moi par mail ou par téléphone pour m’expliquer la qualité de fibre que vous recherchez, en fonction de votre projet, et je vous enverrai un devis.

  • Pour la catégorie 1 (fibres de 14 à 24 microns et longueur minimum 7cm), les prix sont en fonction des qualités intrinsèques de la toison : un échantillon de chaque toison est analysé en laboratoire après la tonte, et le prix de vente dépend de cette analyse.
  • Pour la catégorie 2 (fibre des animaux plus âgés, ou fibre du cou, du ventre, des cuisses), je propose des lots de 500g à 1kg entre 15 et 25€HT/kg. Ces fibres sont idéales pour le feutrage ou le rembourrage.

NOTE pour l’acheteur à la recherche de fibres d’alpagas :

Une toison n’est pas un sous-produit de l’alpaga, c’est la raison d’être d’un élevage, et tous les efforts de l’éleveur sont tournés vers l’amélioration de la fibre de ses animaux. Produire de bonnes toisons avec une éthique d’élevage rigoureuse et dans le respect des animaux (et du client) coûte cher, très cher.

Je ne vends pas des toisons à 20€ du kg, tout simplement parce que ce prix n’est même pas le coût de la tonte !!! L’attente de prix toujours plus bas qui mène notre société est totalement déconnectée des réalités, et de l’éthique d’une production locale bien menée.

En additionnant le coût de la tonte, celui de l’analyse annuelle, le temps de tri (parfois plusieurs heures par toison), le coût brut d’une toison triée est déjà bien au-delà de la plupart des prix de vente !  Et cela sans même compter l’entretien de l’animal sur une année entière,

Car un alpaga offre entre 1,2 et 1,8kg de fibre de première catégorie chaque année, pas plus, avec une diminution progressive de la qualité du poil au fil des ans : les jeunes producteurs de bonne fibre permettent donc, en outre, l’entretien de ceux qui prennent de l’âge, puisque nos animaux ont le bonheur de vieillir et prendre leur retraite dans nos élevages.

Je comprends que demander un minimum de 80€HT pour un kilo d’excellente toison prête à filer puisse paraître « exorbitant » au néophyte qui n’a aucune idée du travail réel pour obtenir cette précieuse toison… Toison que l’éleveur a patiemment attendu une année entière, toison qui est le résultat d’années de sélection pour améliorer ses animaux ; toison qu’il a passé plusieurs heures à trier après la tonte ; toison qui, même à ce tarif, est loin de payer le temps de travail, la nourriture et les soins de l’animal producteur pendant une année ; toison de quelques centaines de grammes par an, issue d’un alpaga qu’on a acheté très cher, lui ou ses parents, pour sa génétique et sa qualité de fibre…

Car j’élève mes alpagas pour leur laine, or le produit de la laine dans mes revenus est anecdotique, mon activité ne tient que par la vente des alpagas… dont on vante pourtant la qualité de laine pour justifier les prix élevés ! On marche sur la tête…

C’est pour cette raison que je ne propose que très peu de toisons brutes à la vente.

 

Retour boutique

 

Articles récents

Nouvelle étape

Et voilà, une nouvelle étape arrive pour l’élevage KerLA, et pour le meilleur j’espère 🙂

J’ai enfin réussi à trancher pour franchir cette nouvelle étape, après de longues tergiversations et disputes avec moi-même 😉

J’adore ce que je fais, mais mes capacités de travail ont des limites qui hélas semblent se manifester de plus en plus à mesure que les années passent (je ne comprends vraiment pas pourquoi…).

ZOLA, ma belle matriarche suri

Donc la seule issue pour poursuivre sereinement, seule, mon travail autour de l’élevage, la transformation des laines et la formation, était de recalibrer l’activité : réduire la partie élevage, me donner plus de temps pour travailler la laine et aussi pour transmettre mes modestes compétences aux nouveaux amoureux de l’alpaga : cela me tient à coeur, d’une part à cause du grand n’importe quoi qui règne dans le monde de l’alpaga aujourd’hui, et d’autre part parce qu’on ne se refait pas… 25 années de prof, ça laisse des traces 😉

En ce début 2021, c’est la réduction de taille de l’élevage qui est en cours, et il a fallu commencer par la décision la plus difficile, que j’ai déjà évoquée le mois dernier : arrêter les suris pour me consacrer uniquement aux huacayas. D’ici fin avril, il ne restera comme suri sur la ferme que ma belle Zola, heureuse retraitée, et peut-être une autre femelle. Il n’y aura plus de mèches lustrées flottant au vent au milieu des galopades du soir… 🙁

Tous mes loulous suri auront donc rejoint leurs nouvelles familles avant fin avril (en Belgique, Lot-et-Garonne et Charente), et quelques huacayas vont également s’égailler à travers la France (Manche, Moselle, Charente…).

L’étape suivante se fera à l’automne, après la saison des mise-bas, il me faudra choisir les femelles qui partiront elles-aussi dans de nouvelles maisons pour poursuivre leur lignée, et quelques mâles aussi.

Mais attention, pas de tristesse dans tout ça, c’est une évolution réfléchie et logique, mes animaux ne partent pas n’importe où, je vais avoir des nouvelles 🙂 

Et moi je vais continuer, avec un cheptel plus réduit mais de qualité croissante, à travailler à l’amélioration de la fibre, mon objectif principal d’élevage. D’ailleurs (chut, on ne le dit pas encore) un nouvel étalon huacaya va arriver à KerLA dans quelques semaines pour apporter son exceptionnelle qualité…

  1. Printemps précoce Commentaires fermés sur Printemps précoce
  2. Déjà février… Commentaires fermés sur Déjà février…
  3. Meilleurs voeux pour 2021 Commentaires fermés sur Meilleurs voeux pour 2021
  4. Filage hivernal Commentaires fermés sur Filage hivernal
  5. Adieu Maldoone Commentaires fermés sur Adieu Maldoone
  6. Le dilemme de l’éleveur Commentaires fermés sur Le dilemme de l’éleveur
  7. Stages d’automne Commentaires fermés sur Stages d’automne
  8. Nouvelles d’automne Commentaires fermés sur Nouvelles d’automne
  9. Stages d’automne Commentaires fermés sur Stages d’automne
  10. Mi-juillet/mi-août 2020 : des hauts et des bas Commentaires fermés sur Mi-juillet/mi-août 2020 : des hauts et des bas
  11. Joies et peines de juin Commentaires fermés sur Joies et peines de juin
  12. Crias de mai Commentaires fermés sur Crias de mai
  13. Première naissance 2020 Commentaires fermés sur Première naissance 2020
  14. Premières tontes 2020 Commentaires fermés sur Premières tontes 2020
  15. Nouvelles de mars… Commentaires fermés sur Nouvelles de mars…
  16. Toisons en microfilature Commentaires fermés sur Toisons en microfilature
  17. Départs de l’élevage Commentaires fermés sur Départs de l’élevage
  18. Bonjour 2020 Commentaires fermés sur Bonjour 2020
  19. Activités automnales Commentaires fermés sur Activités automnales