Joies et peines de juin

Juin et début juillet 2020 : naissances, coups durs, castrations, départs… Un condensé de la vie d’élevage, avec ses joies et ses peines.

Cette année le foin a été fait plus tôt que d’habitude : la météo exceptionnelle a permis de faire une superbe récolte dès la 3e semaine de mai (une première, car ici je n’avais pu faucher avant début juin). Mais les semaines suivantes n’ont pas été de tout repos pour autant !

Côté naissances, de bien belles arrivées :

– 3 superbes petites femelles (SABA la blanche tachetée, SATINE la suri marron et STIRWENN la boule de laine blanche)

 

– 4 petits mâles (SHERKHAN l’appaloosa et SANGHA le suri bicolore, nés exactement en même temps, SAMOURAI le gris-rose à la naissance très mouvementée, et l’adorable SIRIUS).

Mais aussi de grosses angoisses :

– une hémorragie post-partum pour ma douce PERLE, après la naissance difficile de son beau SHERKHAN (merci à mes vétos pour leur rapidité d’intervention et leur efficacité, et à Perle pour être aussi adorable et facile à soigner)

PERLE et son cria SHERKHAN

– une grosse dystocie pour ONDINE, la plus difficile que j’ai eue à gérer seule ! La mise-bas commençait bien, mais les pattes antérieures du cria étaient restées allongées le long du corps : aucun véto n’étant disponible rapidement, j’ai dû me résoudre à intervenir seule. Et le miracle a eu lieu : j’ai réussi à extraire le cria sans abîmer la mère, et à ranimer le petit SAMOURAI qui ne respirait plus à la sortie… Beaucoup d’émotion !

ONDINE et son cria SAMOURAI

Hélas aussi un autre moment très difficile : ma vieille DARLING, pour son dernier cria, a commencé en pleine nuit une expulsion par le siège. Avec une femelle plus jeune, le cria n’aurait pas pu sortir ainsi, en présentation arrière avec les pattes repliées sous lui, et une intervention humaine aurait permis de sortir le cria, mort certes, mais avec un minimum de dégâts pour la mère. Mais ma brave Darling a voulu assurer la naissance seule, et le cria est hélas resté bloqué à mi-corps. Jusqu’à mon arrivée elle s’est épuisée à essayer de l’expulser, et a subi des dégâts internes graves (ligaments étirés, hématome probablement, écrasement de la moelle épinière peut-être) qui l’ont laissée paralysée de l’arrière-train. Le vétérinaire-ostéo est venu plusieurs fois pour elle, mais seul le temps pourra dire si les dégâts sont irréparables… Depuis 15 jours elle vit couchée, sans pouvoir se lever, mais toujours alerte, elle mange et boit… Tant qu’elle ne capitule pas, je continue à y croire. Elle me dira quand il sera temps d’abandonner la lutte si elle ne parvient pas à retrouver l’usage de ses pattes pour profiter d’une retraite bien méritée  🙁

Pour finir sur une note plus heureuse, début juillet 4 jeunes mâles ont pris la route de la Normandie pour une nouvelle vie dans une jolie propriété  🙂

RADJAH, RÊVE, RELAX et REBELLE dans leur nouvelle demeure

 

Laisser un commentaire