Un alpaga n’est pas un jouet !

Avec le retour des beaux jours la demande pour l’achat d’animaux augmente, et le nombre d’annonces de particuliers ou d’éleveurs amateurs de petits camélidés explose sur les sites comme le Bon Coin 🙁 

Copie d’écran d’une annonce récente sur le Bon Coin

Pour la plupart ces animaux proposés à la vente à bas prix ne sont pas éduqués, sont de génétique inconnue, sans suivi sanitaire, ils sont rarement identifiés et encore moins enregistrés au SIRECAm (obligatoire pourtant). Mais surtout, ils sont souvent vendus seuls sans que le vendeur se soucie de savoir si l’acheteur a déjà des alpagas ; ou bien vendus en couple mâle/femelle, très attractif avec la perspective d’avoir rapidement un petit pour rentabiliser l’achat…

Les réseaux sociaux véhiculent des images d’adorables jeunes alpagas traités comme de petits chiens, déclenchant chez les gens l’envie de se procurer une de ces craquantes petites peluches vivantes, sans prendre le temps de bien se renseigner et de se former…

Les vendeurs irresponsables, eux, encaissent le revenu d’une vente non déclarée qui n’implique aucun conseil, aucun suivi après-vente, et aucune responsabilité morale ou juridique…

Aux éleveurs professionnels le rôle ingrat de tirer la sonnette d’alarme et d’essayer d’informer pour prévenir des problèmes graves qui peuvent survenir 🙁  Et ensuite de rattraper les choses (si c’est possible) quand les propriétaires novices, accablés, viennent leur demander des conseils et de l’aide…

<iframe src= »https://www.facebook.com/plugins/post.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Fpermalink.php%3Fstory_fbid%3D2187939044791645%26id%3D100007267125664&width=500″ width= »500″ height= »750″ style= »border:none;overflow:hidden » scrolling= »no » frameborder= »0″ allowTransparency= »true » allow= »encrypted-media »></iframe>

 

 

Nouveaux parcs

Ce mois de février incroyablement clément a permis aux alpagas d’inaugurer plus tôt que prévu de nouveaux parcs :

  • le parc des mise-bas, pour les futures mamans du printemps : 1/2 hectare de pâture saine bien protégée de haies, entre les écuries et la forêt. Les épaisses haies d’aubépine à l’Ouest et à l’Est ont été élaguées sur plusieurs mètres afin de dégager les talus et leurs arbres : chênes, poiriers sauvages, noisetiers et aubépines, qui vont pouvoir se développer librement… Les clôtures ont été entièrement refaites, travail de tout un hiver ! Les bébés peuvent arriver en toute sécurité 🙂

  • un nouveau parc pour les mâles, extension de leur pâture existante créée dans la grande parcelle à foin.

Ostéopathie pour alpagas

Depuis juillet 2018, les alpagas de KerlA sont suivis régulièrement par un vétérinaire ostéopathe, à raison d’une matinée toutes les 3 ou 4 semaines.

Une expérience fantastique avec un praticien hors-pair, attentif au animaux, calme et incroyablement efficace. Tous les crias de l’année sont passés entre ses mains (certains plusieurs fois), les crias à venir seront systématiquement manipulés avant leurs 2 mois, et l’intégralité du cheptel sera suivie de près.

Que ce soit au niveau du comportement (stress, peur irraisonnée, problème de relation du cria avec la mère) ou au niveau purement physique (blocage organique) – le tout étant souvent lié – , les résultats sont fascinants… Difficile de résumer ici en quelques lignes, je développerai des exemples précis dans la page dédiée aux soins ostéo.

Sevrage des crias

Le sevrage des crias 2018 a commencé en janvier, avec un premier groupe de 6 jeunes nés en juin.

Ada, ma vieille grise, prend son rôle de nounou très au sérieux.

Première étape : séparation en douceur d’avec les mamans (qui rejoignent les copines dans un autre parc), isolement à l’écurie pendant quelques jours, avec la présence rassurante d’une nounou (ma vieille Ada, rompue à ce rôle, très attentive aux bébés).

 

 

Deuxième étape : vie en autonomie pour quelques semaines entre jeunes, dans le parc de sevrage, avec manipulations régulières et apprentissage du licol.

 

Troisième étape : les filles rejoignent le groupe des jeunes femelles de l’année précédente, et les garçons le groupe des jeunes mâles (et bien sûr les crias vendus partent pour leur nouvelle maison).