Activités automnales

Saillies et naissances sont entre parenthèses pour 6 mois, mais l’activité ne manque pas sur l’élevage en cet automne pluvieux !

Beaucoup de stages cette année en octobre et novembre : stages laine, stages découverte des alpagas (sur 1/2 journée ou 1 journée). Toujours de super moments de rencontres et de partage, j’adore cet aspect de mon activité !

Beaucoup de travail également pour préparer le départ des alpagas qui vont découvrir d’autres horizons entre octobre 2019 et février 2020. Il faut réorganiser les groupes, sevrer certains crias, remettre tout ce petit monde au licol, vermifuger, tailler les onglons, former les acheteurs qui le souhaitent… Moments difficiles que ces départs, la plupart de ces alpagas sont nés ici 🙁  Mais c’est la loi de l’élevage, et tous vont avoir une belle vie dans leurs nouvelles demeures respectives : Haute-Vienne, Lot-et-Garonne, Puy de Dôme, Ardèche, Allier, Seine Maritime… des destinations très variées 🙂

Ces mâles sont déjà partis où vont partir dans les mois qui viennent :

Exceptionnellement cette année, beaucoup de femelles ont quitté ou vont quitter l’élevage cet automne ou cet hiver, certaines avec leur cria 2019, d’autres après sevrage. Je me suis fixé un nombre de reproductrices et de naissances annuelles à ne pas dépasser, afin de pouvoir continuer à m’occuper au mieux de tout ce petit monde. Or une dizaine de petites jeunes nées dans l’élevage en 2017 et 2018 restent ici comme futures reproductrices, et j’en garde aussi plusieurs de 2019, donc il faut donc faire des choix de vente parmi les courants de sang très présents dans le cheptel. Voici les femelles qui quittent le nid en 2019-2020 :

Automne 2019

L’arrivée de l’automne marque la fin de la saison 2019 : dernières naissances, dernières vérifications de saillies, avant une longue pause de 6 mois (reprise de ces activités en avril prochain)…

La saison des naissances s’est terminé par une série de mâles (heureusement elle avait commencé par une longue série de femelles !). Ces petits gars sont tous plus jolis les uns que les autres, choisir lesquels vendre va être très difficile ! Les 3 premiers crias de mon mâle Niaouli sont particulièrement prometteurs :

RÉGAL de KerLA

Et l’étonnant cria noir et blanc de ma belle Giroflée, avec sa fibre très brillante, sera très probablement un digne successeur de son père Madeg (qui part pour un autre élevage).

Ma douce Patience m’a donné avec Cantabria un très beau petit mâle bay black à la fibre déjà incroyablement dense, brillante et crimpée, j’ai hâte de le voir grandir.

Pour les dernières saillies de la saison, j’ai l’immense privilège d’accueillir pendant quelques semaines à KerLA un reproducteur d’exception : le magnifique Snowmass Royal Starz, de l’élevage Alpaca Arte, mâle superbement conformé à la toison de qualité exceptionnelle. Il devrait me donner – si tout va bien – 5 ou 6 crias de grande qualité en fin d’été prochain 🙂

 

Petite escapade à Janvry

Le WE des 14/15 septembre a eu lieu la première fête des camélidés à Janvry, dans l’Essonne. Un rassemblement initié par l’association des grands camélidés, qui avait invité l’AFLA (association française des lamas et alpagas) à se joindre à l’organisation.

Méfiants, plutôt attirés par l’autre concours organisé dans l’Ain en octobre, les éleveurs d’alpagas ont boudé Janvry, certains se sont même désistés au dernier moment alors qu’ils s’étaient inscrits, mettant les organisateurs dans l’embarras 🙁

Le concours a tout de même eu lieu, sans réelle portée sur le plan des résultats du fait du peu de participants, mais très instructif. Même si une classe ne comporte qu’un ou deux animaux, la première place n’est attribuée par les juges que si les alpagas ont la qualité requise pour cette récompense, et le commentaire qui accompagne le jugement permet de se positionner correctement malgré l’absence de concurrence.

J’avais amené 7 mâles à Janvry, tous ont fait bonne figure et je n’ai pas regretté le déplacement, j’ai pu conforter mon opinion sur certains de mes animaux : ainsi mon jeune gris Panache a confirmé tout le bien que je pensais de lui. Et pour mon beau Niaouli les doutes que j’avais ont été levés, il restera donc bien comme reproducteur à l’élevage !

L’ambiance était là, l’animation permanente, le public très, très nombreux tout au long des deux jours. Un public curieux, intéressé, et dans l’ensemble respectueux des animaux. Beaucoup de questions, d’explications, de pédagogie, y compris au micro pour bien expliquer les particularités et les besoins des petits camélidés. 

Un bilan très positif donc. J’ai rarement la possibilité de me déplacer pour des manifestations ou des concours, mais la proximité de Janvry rendait l’occasion trop belle ! Et je tenais à soutenir l’AFLA parce que j’apprécie le travail que mène son nouveau bureau.

Ce week-end là j’ai pris des risques en m’absentant alors que des femelles étaient sur le point de mettre bas, c’est bien la première fois, et j’ai beaucoup stressé à cause de ça, moi qui met un point d’honneur à assister à quasiment toutes les naissances, et bien sûr à ne jamais m’absenter dans ces périodes… Mais les trois dernières futures mamans de la saison ont eu la correction d’attendre, et de ne pas mettre au défi leur gardienne qui n’avait jamais géré de naissance !

 

STAGE LAINE août 2019

Une super équipe pour le stage de découverte de la laine des 7 et 8 août 2019, que de bons moments !

Merci à Aurélie, Claire, Karine et Luce pour votre participation enthousiaste et pour ces échanges passionnants.

 

En route pour la saison 2020

Les naissances 2019 ne sont pas encore terminées (elles vont s’étaler jusqu’à mi-septembre) mais la saison 2020 se prépare déjà depuis le printemps, puisque les gestations durent de 11 à 12 mois (voire davantage)…

Mais rien n’est écrit d’avance : les démarrages de gestation peuvent parfois être laborieux, et une nouvelle acceptation du mâle deux ou trois mois après la première saillie n’est pas rare, ce qui rend le planning prévisionnel de naissances bien aléatoire !

Les saillies ont commencé mi-mai, tous les étalons reproducteurs sont au taquet chaque matin à la barrière de leurs paddocks, dans l’espoir d’être l’heureux élu du jour !

D’abord le petit groupe des jeunes femelles 2017 arrivées à l’âge de reproduire : Promesse, Perle, Prunelle, Phantasia et Prana.

Puis les mamans du printemps, suitées de leur cria. Elles sont présentées au mâle dans le mois qui suit la naissance, avec une vérification 8 jours, puis 14 jours après une saillie réussie, et ensuite une fois par mois pendant toute la saison, pour s’assurer de la bonne fécondation et de la tenue du début de gestation.

Pour les jeunes mâles qui découvrent leur nouveau rôle de reproducteur, dans leur année de 3 ans, ce n’est pas forcément évident d’acquérir la technique pour faire coucher la femelle, surtout quand la promise est elle-même nullipare… Odin en sait quelque chose, il a eu du mal à convaincre Prunelle 🙂

Et quand on se pose vraiment trop de questions sur la marche à suivre (n’est-ce pas Guimli ?) la solution est d’avoir un copain à côté pour montrer l’exemple :

Tonte maison

La plus grande partie des alpagas de KerLA ont, comme chaque année, été tondus fin avril par Pascal Méheust, tondeur spécialisé.

Je serais incapable comme Pascal de tondre 60 alpagas en deux jours, même avec 4 ou 5 personnes bien rodées autour de moi pour permettre une cadence rapide, mais j’ai désormais suffisamment d’expérience et de confiance en moi pour tondre et même faire les dents, ce qui donne dune souplesse très appréciable dans la gestion de la tonte.

Il n’est pas question de me passer des services d’un tondeur professionnel, mais je peux désormais m’adapter aux besoins spécifiques de certains animaux, en fonction de leur état ou de la météo : ainsi en avril j’ai exclu de la tonte 6 femelles sur le point de mettre bas, ma vieille Ada, et quelques suris pour lesquels j’hésitais entre tonte annuelle ou tous les deux ans…

Avec l’aide de mes super stagiaires du printemps Morgane et Éric et ensuite Maeva en début d’été, j’ai donc effectué les tontes complémentaires au fil des besoins : les nouvelles mamans et ma vieille Ada d’abord, puis les mâles suri que j’avais hésité à faire (mais la canicule fin juin n’était pas tenable pour eux), et aussi quelques alpagas de clients proches géographiquement, dans le cadre du suivi d’élevage…

Par exemple le beau Phoebus, qui réside avec son copain Petit Prince dans un beau parc à Mayenne :

 

Quelques nouvelles…

Dix semaines sans écrire dans la rubrique Actualités… Un record ! Le printemps et ce début d’été ont été plus que chargés, et j’ai sans cesse remis au lendemain…

La suite des naissances, pour commencer : 10 nouveaux crias ont vu le jour depuis le dernier article… Toujours une grosse majorité de femelles… Pourvu que ça dure avec les mise-bas de l’été, ce serait sympa d’avoir pour une fois une année à dominante féminine !

Hélas le destin a été cruel, car la plus jolie de ces femelles, une des plus attendues, ne m’aura enchantée de sa présence que 5 jours. Ma jolie Romance est née le 28 mai, mais s’est envolée vers d’autres prairies le 2 juin au soir… Son magnifique petit corps n’était pas fait pour vivre, sa maman Iroise le savait et me le montrait par son comportement. C’est très étrange cet instinct des animaux. J’y ai pourtant cru, naïvement, j’ai tout fait pour la sauver, elle était si adorable. J’ai eu le coeur brisé et l’envie de tout arrêter. quand elle s’est éteinte dans mes bras. Les naissances suivantes ont eu du mal à ranimer la flamme.

L’arrivée de chacun de ces crias s’accompagne d’un stress intense, mais aussi d’un bonheur indescriptible : c’est une grande satisfaction d’aider à donner la vie à un petit être que l’on soignera, que l’on éduquera, que l’on accompagnera vers son destin d’animal de compagnie – et en aucun cas d’animal de boucherie (au grand jamais je ne pourrais élever des animaux destinés à la consommation !).

Hirondelle explique aux petites Roxane et Rivana qu’on ne touche pas à son cria Rosée.

Bien sûr parfois un cria me fait vibrer davantage – parce qu’il y a un lien spécial, que la maman a une importance particulière, ou que c’est le résultat réussi d’un mariage bien choisi (objectif de tout éleveur)… Mais toutes ces petites bouilles comptent pour moi, et sont ma raison de continuer cette vie difficile et hélas parfois rude et ingrate d’agricultrice-éleveuse.

 

Premières femelles de l’année

Après le petit Rio, premier né de 2019, qui m’a causé des frayeurs à cause d’une fuite urinaire par le cordon ombilical pendant une semaine, trois petites femelles pleines d’énergie se sont invitées dans ce monde en l’espace de 10 jours :

  • la belle ROXANE, digne fille et portrait craché de sa superbe et super maman Oxane (papa Cantabria est juste là pour l’état civil, semble-t-il).
  • la craquante RIVANA, fille de Nirvana et de l’élégant Zizhou.
  • la pétillante RÉGLISSE, noire comme du charbon et très effrontée, fille d’Oasis et de Cantabria.

RÉGLISSE – née le 06/05/19

Première naissance 2019

La saison 2019 est lancée… La belle Odyssée a ouvert le bal mercredi 17 avril avec un adorable petit mâle noir, fils de mon fier Madeg de KerLA. Pour son premier bébé, Odyssée fait preuve d’un instinct maternel exemplaire, c’est une super maman.

Un mâle… j’espère que le même scénario que l’an dernier n’est pas en train de se produire : 6 mâles d’affilée avant d’avoir la première femelle 🙁

Réponse très bientôt, car plusieurs autres femelles sont sur les starting-blocks : le beau week-end qui s’annonce, allié à la pleine lune superbe de ce soir, pourrait bien les inspirer ! D’autant qu’il ne faut pas déroger à la tradition bien ancrée à KerLA : avoir un maximum de naissances le dimanche 🙂

Éducation au licol

Premier licol pour Qobra – mars 2019

Cette semaine à KerLA, c’était chaque matin séance d’éducation pour les crias mâles sevrés.

Éduquer le cria à se laisser manipuler, à accepter le licol et à marcher en longe est une étape indispensable de l’élevage. Plus cette éducation de base est faite tardivement, plus elle est difficile : l’idéal est de la pratiquer après le sevrage, entre 6 et 8 mois.

Nombre de vendeurs proposent pourtant des alpagas non manipulés, et les acquéreurs se retrouvent bien embarrassés pour mettre la main sur leurs animaux et assurer les soins nécessaires à leur bonne santé (injections, médicaments oraux, taille des onglons, examen vétérinaire, prise de sang…). Un alpaga ne doit pas être imprégné (c’est-à-dire vous coller comme un petit chien et envahir votre espace), mais l’inverse n’est pas une sinécure non plus pour le novice qui s’est laissé appâter par le petit prix d’un animal sans songer à ces « aspects secondaires »… pourtant essentiels !

Un alpaga n’est pas un jouet !

Avec le retour des beaux jours la demande pour l’achat d’animaux augmente, et le nombre d’annonces de particuliers ou d’éleveurs amateurs de petits camélidés explose sur les sites comme le Bon Coin 🙁 

Copie d’écran d’une annonce récente sur le Bon Coin

Pour la plupart ces animaux proposés à la vente à bas prix ne sont pas éduqués, sont de génétique inconnue, sans suivi sanitaire, ils sont rarement identifiés et encore moins enregistrés au SIRECAm (obligatoire pourtant). Mais surtout, ils sont souvent vendus seuls sans que le vendeur se soucie de savoir si l’acheteur a déjà des alpagas ; ou bien vendus en couple mâle/femelle, très attractif avec la perspective d’avoir rapidement un petit pour rentabiliser l’achat…

Les réseaux sociaux véhiculent des images d’adorables jeunes alpagas traités comme de petits chiens, déclenchant chez les gens l’envie de se procurer une de ces craquantes petites peluches vivantes, sans prendre le temps de bien se renseigner et de se former…

Les vendeurs irresponsables, eux, encaissent le revenu d’une vente non déclarée qui n’implique aucun conseil, aucun suivi après-vente, et aucune responsabilité morale ou juridique…

Aux éleveurs professionnels le rôle ingrat de tirer la sonnette d’alarme et d’essayer d’informer pour prévenir des problèmes graves qui peuvent survenir 🙁  Et ensuite de rattraper les choses (si c’est possible) quand les propriétaires novices, accablés, viennent leur demander des conseils et de l’aide…

<iframe src= »https://www.facebook.com/plugins/post.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Fpermalink.php%3Fstory_fbid%3D2187939044791645%26id%3D100007267125664&width=500″ width= »500″ height= »750″ style= »border:none;overflow:hidden » scrolling= »no » frameborder= »0″ allowTransparency= »true » allow= »encrypted-media »></iframe>

 

 

Nouveaux parcs

Ce mois de février incroyablement clément a permis aux alpagas d’inaugurer plus tôt que prévu de nouveaux parcs :

  • le parc des mise-bas, pour les futures mamans du printemps : 1/2 hectare de pâture saine bien protégée de haies, entre les écuries et la forêt. Les épaisses haies d’aubépine à l’Ouest et à l’Est ont été élaguées sur plusieurs mètres afin de dégager les talus et leurs arbres : chênes, poiriers sauvages, noisetiers et aubépines, qui vont pouvoir se développer librement… Les clôtures ont été entièrement refaites, travail de tout un hiver ! Les bébés peuvent arriver en toute sécurité 🙂

  • un nouveau parc pour les mâles, extension de leur pâture existante créée dans la grande parcelle à foin.

Ostéopathie pour alpagas

Depuis juillet 2018, les alpagas de KerlA sont suivis régulièrement par un vétérinaire ostéopathe, à raison d’une matinée toutes les 3 ou 4 semaines.

Une expérience fantastique avec un praticien hors-pair, attentif au animaux, calme et incroyablement efficace. Tous les crias de l’année sont passés entre ses mains (certains plusieurs fois), les crias à venir seront systématiquement manipulés avant leurs 2 mois, et l’intégralité du cheptel sera suivie de près.

Que ce soit au niveau du comportement (stress, peur irraisonnée, problème de relation du cria avec la mère) ou au niveau purement physique (blocage organique) – le tout étant souvent lié – , les résultats sont fascinants… Difficile de résumer ici en quelques lignes, je développerai des exemples précis dans la page dédiée aux soins ostéo.

Sevrage des crias

Le sevrage des crias 2018 a commencé en janvier, avec un premier groupe de 6 jeunes nés en juin.

Ada, ma vieille grise, prend son rôle de nounou très au sérieux.

Première étape : séparation en douceur d’avec les mamans (qui rejoignent les copines dans un autre parc), isolement à l’écurie pendant quelques jours, avec la présence rassurante d’une nounou (ma vieille Ada, rompue à ce rôle, très attentive aux bébés).

 

 

Deuxième étape : vie en autonomie pour quelques semaines entre jeunes, dans le parc de sevrage, avec manipulations régulières et apprentissage du licol.

 

Troisième étape : les filles rejoignent le groupe des jeunes femelles de l’année précédente, et les garçons le groupe des jeunes mâles (et bien sûr les crias vendus partent pour leur nouvelle maison).

Travaux d’automne

Chaque année l’automne est propice à de nouveaux travaux d’aménagement de la ferme : bardage et aménagement des abris, nettoyage de haies, tronçonnage de bois de chauffage, réfection de clôtures… 2018 n’a pas fait exception à la règle, malgré les caprices de la météo.

  • Bardage du hangar des mâles :

  • Intérieur de l’abri des lamas après bardage de l’entrée :
  • Nettoyage des haies et réfection des clôtures du champ d’hiver :

Réfection intégrale de la clôture côté bois. Grillage à 1m50, qui sera entièrement doublé de lisses horizontales sur 2 hauteurs, peut-être 3, pour une sécurité maximale.Tous les piquets ont été enfoncés à la cloche à main, et le grillage tendu au tire-fort à manivelle, aucune intervention de matériel lourd !!!

Détail de la clôture côté bois

Nettoyage de la haie Ouest du champ d’hiver et pose en cours d’une nouvelle clôture.

Nettoyage de la haie côté Est du champ d’hiver. Là aussi une nouvelle clôture à prévoir…

Vue prise depuis le fond du champ d’hiver. Il reste les lisses à poser sur cette clôture de séparation entre 2 parcelles.

  • Divers petits aménagements intérieurs :

Pose d’une nouvelle mangeoire murale dans l’écurie des filles

Stages laine

Plusieurs stages laine cette saison, sur un jour ou sur deux jours : de belles rencontres, de bons moments…

Un vrai bonheur de faire découvrir les mystères de la fibre, mener la transformation d’une toison en fil, guider les premiers gestes au fuseau et au rouet, dévider le premier écheveau d’une fileuse en herbe sur le niddy-noddy…

Le travail artisanal de la fibre retrouve ses lettres de noblesse, il a de plus en plus d’adeptes, et c’est formidable, car alliant détente, dextérité et créativité, c’est aussi un relaxant sans pareil.

Je suis ravie, par ces ateliers, de pouvoir aider à faire connaître (ou re-découvrir) cette activité ancestrale qu’est le filage, et cette matière noble qu’est la laine.

 

 

 

 

 

Nouvelles d’automne

Beaucoup de travail sur la ferme ces dernières semaines, alors j’ai quelque peu négligé mon site…

Les naissances sont bien sûr terminées, la dernière a eu lieu le 2 octobre : une très jolie femelle toute blanche pour Léonie.

La saison s’est soldée par un joli bouquet de filles, remontant le ratio à 40% de femelles… Mieux que l’an dernier, mais pas encore l’idéal pour un éleveur…

Giroflée après sa césarienne – 30 juillet

Et puis cette saison, ça a aussi été les gros coups durs de l’été, avec deux torsions utérines successives, ayant entraîné deux césariennes et hélas deux crias mort-nés – dont l’un par maladresse monumentale du véto de garde 🙁  Des moments très difficiles à vivre, mais hélas inhérents à l’élevage.

Et maintenant il va falloir décider quels crias vont être proposés à la vente… Un déchirement, parce que je voudrais tous les garder. Je voudrais tellement être juste collectionneuse, pas éleveuse ! Avoir les moyens de garder tous mes alpagas, pour toute leur vie ! En fait mon rêve serait de ne faire naître qu’une toute petite poignée de crias chaque année, juste pour le plaisir de voir grandir ces merveilleux petits êtres et de travailler leur fibre extraordinaire. Mais hélas la réalité est là, il faut faire tourner l’activité, faire rentrer de l’argent à la banque, payer les charges…

Quo Vadis le gris, Qalypso la beige et Qochise le suri appaloosa

Il y a mes chouchous (mes deux petits gris Quo Vadis et Qazan) ; il y a mon coup de coeur, Qarbone, noir comme le charbon, le fils de Darling, ma femelle préférée… J’avais vendu son frère à contrecoeur l’an dernier, et cette année quelque chose me dit de garder ce petit bonhomme au caractère incroyablement paisible ; il y a mes petits suris si craquants, le gris Quartz, l’appaloosa Qochise, et le beau Qenny au marron super brillant… Et puis les petites femelles, bien sûr : aucune grise cette année, pour la première fois en 7 ans (quoique la jolie Quirina peut être classée en gris-rose), mais de bien beaux modèles, qui resteront toutes ou presque dans l’élevage !

Et bien sûr qui dit naissance dit saillie… Tout au long de la saison, dans le mois qui suit la mise-bas, il faut présenter ces dames à ces messieurs, une par une, plusieurs fois, faire des vérifications régulières… Des matinées entières monopolisées pour cette tache pas si simple, surtout quand on gère seule : regrouper les bonnes femelles et leurs crias, les séparer en fonction du mâle choisi, amener les mâles, profiter de la saillie pour faire des soins (vermifuges, vitamines, taille des ongles)… 

Les tests de cet automne ont validé le bon démarrage de toutes les gestations, une seule femelle fait de la résistance, on verra au printemps si les choses se passent mieux.

Et maintenant vivement avril pour les premières naissances 2019 !

Article Ouest-France

Un article sympa paru dans le supplément du dimanche d’Ouest-France, le 2 septembre 2018 : la journaliste voulait explorer les petits camélidés sous l’aspect loisir et conseils (pas un mot sur la laine, mais ce n’était pas le sujet).

Contenu un peu simplifié à cause du format imposé, mais mise en avant de sujets trop rarement mentionnés par les médias : le problème de l’imprégnation, la nécessité d’avoir au minimum deux animaux de la même espèces mais surtout pas de couple, la règlementation, etc…

Départs vers d’autres horizons

Eh oui, être éleveur, c’est aussi voir partir ses animaux vers d’autres horizons 🙁

Ce n’est pas l’aspect le plus facile du métier, loin de là, mais il faut bien vendre pour vivre et continuer l’élevage… Et le bonheur avec les petits camélidés, c’est qu’ils ne partent pas vers un destin tragique comme la grande majorité des animaux de ferme (sinon je n’en élèverais pas !) : les acheteurs font le choix raisonné d’avoir des animaux coûteux et ont donc à coeur de s’en occuper au mieux, ils donnent des nouvelles, envoient des photos… Le lien est rarement rompu, et c’est une satisfaction à chaque fois renouvelée de recevoir ces nouvelles.

Education au licol de PIN UP et POLKA avant leur départ pour les vertes prairies normandes…

Après les départ de l’hiver vers des destinations souvent bien éloignées, d’autres loulous jeunes et moins jeunes sont eux-aussi partis, ce printemps, s’installer dans différentes régions de France :

  • la Seine Maritime pour le duo POP CORN et PALADIN, adeptes des grandes balades dans la campagne avec leur famille d’adoption, et devenus très copains avec des nandous (!)
  • la Sarthe pour le trio OMEGA, OHM et PIRATE, eux aussi adeptes des balades en famille.
  • la Seine et Marne pour le trio RIVANO, ALPHA et MAESTRO, hébergés dans un magnifique parc bien ombragé, soignés avec attention, et sous surveillance caméra 24h/24 (je n’ai même pas cela pour mes femelles !)
  • l’Aveyron pour le quatuor de choc de femelles gestantes FIDJY, NOUBA, VENITIA et IVIA. Bientôt plein de crias pour le bonheur d’Aurélia et des clients de son superbe gite 😉
  • le Calvados pour le duo de petites jeunes POLKA et PIN UP, grandes copines et installées dans un superbe domaine.