Analyses de fibre 2018

Echantillon de fibre 2018 de PROMESSE de KerLA, née le 25 juillet 2017 (première tonte)

Comme chaque année, un échantillon de fibre de chaque alpaga a été prélevé pendant la tonte, soigneusement, au milieu de son flanc droit (toujours au même endroit pour permettre les comparaisons d’une année sur l’autre).

Ces échantillons ont été envoyés au laboratoire d’analyses Fibre Lab and Co (Filature de la Vallée des Saules, à Saulzoir dans le Nord).

Les 30 animaux les plus jeunes ont donné lieu à une analyse complète qui servira de référence pour les années suivantes. Pour les animaux de plus de 5 ans une analyse simple (finesse, SD et facteur de confort) permet de mesurer l’évolution annuelle de leur fibre.

Ci-dessous le tableau des analyses complètes, résultats dont je suis plus que ravie, car les moyennes sur 30 animaux sont excellentes :

  • finesse :  18,1µ  (16 animaux en-dessous de 18µ, et 6 en-dessous de 16µ (fibre classée « super royal baby »)
  • SD (coefficient de variation) : 3.4 (avec 5 animaux au SD < 3)
  • Facteur de confort : 99,8% !!!

Les analyses simples des animaux plus âgés sont également très satisfaisantes, avec 16 animaux entre 18,5 et 23µ de finesse, des SD largement inférieur à 5 (sauf 2 légèrement supérieurs) et des facteurs de confort supérieurs à 92% (jusqu’à 100% pour Kokine née en 2012 !).

Ces résultats m’enchantent non seulement parce que les chiffres sont excellents, mais parce que c’est l’aboutissement de mes choix d’élevage et de sélection, faits avec mes petits moyens financiers : quand on s’installe avec de gros moyens qui permettent d’acheter tout de suite les meilleurs animaux du marché chez les éleveurs les plus réputés, les choses sont quelque peu facilitées…

MALDOONE, mon étalon mi-chilien/mi-péruvien, ici en 2017 à 14 ans. Une finesse de fibre exceptionnelle et durable qu’il transmet.

J’ai démarré mon élevage avec un cheptel globalement de qualité, quoi que certaines mauvaises langues en disent (mais ça, les mauvaises langues dans un milieu d’éleveur, c’est inévitable !). Certes j’ai commencé avec des souches en partie chiliennes, origines que l’on méprise actuellement parce que ce n’est plus le phénotype à la mode… Pourtant ces souches amènent une durabilité dans la finesse de fibre plus qu’intéressante quand on travaille vraiment pour la production de laine et pas seulement pour la vente d’animaux ! Mon mâle gris Maldoone, mi-chilien/mi-péruvien, a 15 ans cette année, et sa fibre est toujours filable, elle reste d’une finesse et d’une uniformité exceptionnelles : 22.1µ cette année en 15e tonte, avec un SD de 5.1 et un facteur de confort de 92% !!!

NIAOULI de KerLA, né en 2015, qui commence en 2018 sa carrière d’étalon sur l’élevage.

Le phénotype des alpagas nés à KerLA ces 2 ou 3 dernières années me comble, il correspond à mes objectifs : alpagas bien carrés, de taille moyenne, bons aplombs solides, toison dense fine et uniforme avec une bonne longueur de fibre et du crimp, une bonne couverture mais sans excès de poils sur les extrémités, et notamment sur la tête : les côtés et le dessus du museau bien dégagés sont favorables à l’absorption de la vitamine D et à un meilleur confort respiratoire. Je ne cherche pas un poids de laine toujours plus élevé, j’estime que cette augmentation permanente de la production vers laquelle certains éleveurs tendent se fait au détriment de l’animal, de sa santé, de sa durée de vie et de sa capacité de reproduction.