QUI SONT-ILS ?

QUE SONT LES PETITS CAMÉLIDÉS ?

Les petits camélidés appartiennent à grande famille des CAMÉLIDÉS :

  • les grands camélidés : chameaux et dromadaires, originaires d’Afrique et d’Asie
  • les petits camélidés : lamas et alpagas (domestiqués), guanacos et vigognes (leurs cousins sauvages), originaires d’Amérique du sud (pays de la Cordillère des Andes : Chili, Pérou, Bolivie, Argentine).

Lamas et alpagas sont domestiqués depuis des milliers d’années et sont utilisés comme animaux de ferme (et de transport pour les lamas). Ce sont des cousins proches, avec toutefois des différences physiques et de caractère marquées :

  • La taille : le lama peut atteindre 1m20 au garrot et 180kg, alors que l’alpaga est nettement plus petit : il dépasse rarement 90cm et 80kg.
  • Le dos et l’angle du bassin : le dos de l’alpaga est moins droit, et son bassin plus incliné, il ne peut porter de charges alors que le lama peut porter jusqu’à 40kg.
  • Les dents : le lama a une dentition définitive, alors que les dents de l’alpaga poussent en continu et doivent parfois être limées.
  • La forme des oreilles : celles du lama sont longues et en banane, celles de l’alpaga sont courtes et en pointe.

CARINA tete      PRINCESS GIGI tete

  • Le caractère : le lama, auxiliaire de travail, est en général plus proche de l’homme et une fois éduqué il est plus aisé à manipuler que l’alpaga : pour la tonte, le brossage, la taille des ongles, le portage ou l’attelage, il s’éduque comme un cheval.

PIED DETAILLes petits camélidés ruminent, mais ils ne sont pas classés parmi les ruminants : leur système digestif est différent de celui des vaches, des moutons et des chèvres, ils n’ont que trois estomacs et leur métabolisme est différent. Ils forment donc une famille à part, celle des TYLOPODES, nom qui vient de la forme particulière de leurs pieds : ils n’ont pas de sabot mais marchent sur deux doigts parallèles au sol, munis de coussinets, avec des ongles au bout.

L’avantage est qu’ils abîment peu les sols. 

Il faut tailler les ongles au minimum 1 ou 2 fois par an.

Les lamas et les alpagas sont des animaux domestiques, aucune autorisation n’est nécessaire pour en avoir chez soi. Par contre leurs cousins sauvages (le guanaco et la vigogne) ne se trouvent en Europe que dans les zoos.

LES DIFFÉRENTS TYPES DE LAMAS ET ALPAGAS :

CALI, lama classique, élevage KerLA

Lama classique (CALI, élevage KerLA)

le lama : CLASSIQUE, LAINÉ (WOOLY ou SILKY) ou SURI

Le lama CLASSIQUE est plus grand, plus élancé, c’est le modèle « original » sud-américain, l’animal de bât par excellence.

Sa fibre est courte, rustique, avec beaucoup de longs poils rêches (le poil de garde) et un sous-poil formant une bourre qui s’élimine au brossage (la tonte annuelle n’est donc pas indispensable comme pour les autres lamas). Il a peu de laine sur le cou et les pattes.

Lama lainé

Lama lainé (LILLY, élevage KerLA)

Le lama LAINÉ est en général plus petit, avec des fibres longues sur tout le corps. Plus le corps est couvert, plus l’animal est caractérisé comme lainé : on parle de lama faiblement lainé, moyennement lainé, très lainé

Il est le résultat d’une sélection pour la laine : la fibre des bons lamas lainés peut être aussi fine et douce que de l’alpaga.

On distingue souvent deux types particuliers de lamas lainés :

  • le lama wooly (à la laine longue et dense)
  • le lama silky (à la laine soyeuse et bouclée)

Le LAMA SURI, comme son cousin l’alpaga suri, se distingue par une morphologie plus fine, des muscles plus denses, davantage d’influx nerveux, et surtout une fibre méchée qui tombe le long du corps et le drape majestueusement.

l’alpaga : HUACAYA ou SURI

PAMELA1

Alpaga huacaya (PAM, élevage KerLA)

L’alpaga HUACAYA, le plus répandu (90% des alpagas dans le monde), a un poil qui pousse perpendiculairement au corps.. Plus la fibre est dense, fine et bien ondulée, plus la laine est de qualité. Une bonne couverture (laine sur tout le corps, du bout du nez aux ongles), est très recherchée.

ZINCALA1

Alpaga suri (ZINCALA, élevage KerLA)

L‘alpaga SURI a un poil qui pousse vers le bas en longues mèches.

Plus les mèches sont distinctes, longues, fines et lustrées, plus la laine est de qualité. Le plus souvent les suris ne sont tondus que tous les 2 ans pour que leurs mèches atteignent une longueur de 25 à 30 cm.

 

 

 

Page suivante : A quoi servent-ils ?

Articles récents

Adieu Maldoone

C’est toujours terriblement difficile de perdre un animal, et hélas en élevage, avec le grand nombre d’animaux présents, nous sommes inéluctablement confrontés à ces moments.

Samedi dernier, c’est mon vieux Lightfoot Maldoone, 18 ans, qui a tiré sa révérence. Ce fier mâle gris à la robe rare a été le pilier de mes débuts en élevage. Son départ, c’est une page qui se tourne…

Bien que ne « travaillant » plus depuis 2017, il était resté en super forme, jusqu’à cette saison 2020 où la canicule lui a donné un coup de vieux. Il avait maigri depuis l’été… Et puis ces derniers jours il s’est de plus en plus isolé du groupe, mangeant et buvant de moins en moins, passant ses journées couché, bien droit, calme, zen, le regard droit devant lui. Il ne se levait que pour changer de temps en temps de place, histoire de faire une dernière fois le tour de ce territoire qui était le sien. Il se préparait.

Et pour mourir il est allé se coucher, dans la nuit, à un endroit du parc que j’avais ouvert peu de temps auparavant et où jamais il n’était allé. Étrange.

Aucun des autres mâles du groupe n’a jamais contesté sa suprématie sur le territoire, malgré son âge : ces dernières années, je les voyais souvent se battre entre eux, mais jamais Maldoone n’était impliqué dans les bagarres, et pourtant il lui suffisait de s’approcher d’une mangeoire pour que les autres s’écartent, il se faisait respecter juste en élevant la tête !…

Samedi, ses 8 copains étaient perdus, comme moi. C’est en les voyant le matin, collés les uns contre les autres, près de la barrière, que j’ai compris. Ils m’ont suivie pas à pas à travers le champ à la recherche du corps de Maldoone, dans le brouillard, et quand je l’ai trouvé dans ce petit paddock annexe, tous sont restés respectueusement à distance, sans bouger.Mon Maldoone, je t’avais promis que tu finirais ta vie ici, j’espère qu’elle a été heureuse. Tu m’as laissé plein de descendants avec ta jolie couleur et tu leur as transmis la finesse si durable de ta fibre. Merci mon grand bonhomme.
💔💔💔

En cette année 2020 qui restera de triste mémoire, ce sont donc trois de mes « vieux » qui m’ont quittée : Maldonne, et avant lui mes deux femelles Darling et Patience, victimes de mise-bas dramatiques. 2020 est vraiment une année noire.

  1. Le dilemme de l’éleveur Laisser un commentaire
  2. Stages d’automne Commentaires fermés sur Stages d’automne
  3. Nouvelles d’automne Commentaires fermés sur Nouvelles d’automne
  4. Stages d’automne Commentaires fermés sur Stages d’automne
  5. Mi-juillet/mi-août 2020 : des hauts et des bas Commentaires fermés sur Mi-juillet/mi-août 2020 : des hauts et des bas
  6. Joies et peines de juin Commentaires fermés sur Joies et peines de juin
  7. Crias de mai Commentaires fermés sur Crias de mai
  8. Première naissance 2020 Commentaires fermés sur Première naissance 2020
  9. Premières tontes 2020 Commentaires fermés sur Premières tontes 2020
  10. Nouvelles de mars… Commentaires fermés sur Nouvelles de mars…
  11. Toisons en microfilature Commentaires fermés sur Toisons en microfilature
  12. Départs de l’élevage Commentaires fermés sur Départs de l’élevage
  13. Bonjour 2020 Commentaires fermés sur Bonjour 2020
  14. Activités automnales Commentaires fermés sur Activités automnales
  15. Automne 2019 Commentaires fermés sur Automne 2019
  16. Petite escapade à Janvry Commentaires fermés sur Petite escapade à Janvry
  17. STAGE LAINE août 2019 Commentaires fermés sur STAGE LAINE août 2019
  18. En route pour la saison 2020 Commentaires fermés sur En route pour la saison 2020
  19. Tonte maison Commentaires fermés sur Tonte maison